DIVERTISSEMENT

Ryan Gosling déçoit les critiques à Cannes avec son premier film, «Lost River»

20/05/2014 11:45 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT
Tony Barson via Getty Images
CANNES, FRANCE - MAY 20: Director Ryan Gosling attends the 'Lost River' photocall at the 67th Annual Cannes Film Festival on May 20, 2014 in Cannes, France. (Photo by Tony Barson/FilmMagic)

CANNES, France - Ryan Gosling a fait ses débuts comme réalisateur à Cannes avec une fable théâtrale stylisée que les critiques ont rapidement démolie.

La première projection de «Lost River» de Gosling a eu lieu devant l'une des plus grosses foules du festival, mardi, et le public a eu droit à une oeuvre à laquelle il ne s'attendait sans doute pas. «Lost River» est un conte de fées baroque dont l'action se déroule dans les ruines de Detroit, dans une atmosphère qui rappelle l'oeuvre de David Lynch.

Les premières réactions des critiques ont été majoritairement négatives. Scott Foundas, de Variety, a écrit que le film était une «folie des grandeurs de premier plan». Au Telegraph, Robbie Collin s'est dit «ahuri par sa pauvreté».

Mais «Lost River» a quand même eu droit aux applaudissements de certains festivaliers alors qu'il était projeté en après-midi, avant sa première en soirée. Certains ont reconnu que le film, malgré ses défauts, est vibrant, ambitieux, et laisse une plus grande place à l'image que les oeuvres de nombreux acteurs devenus réalisateurs.

Christina Hendricks («Mad Men») y tient le rôle de Billy, mère monoparentale d'un tout-petit et d'un adolescent nommé Bones (Iain De Caestecker). Ils habitent une maison délabrée, à Detroit, et ont de la difficulté à rembourser l'hypothèque. Bones vit dans la peur du voyou local nommé Bully (Matt Smith), tandis que Billy, cherchant désespérément à trouver de l'argent, commence à travailler dans un club clandestin où l'horreur se donne en spectacle.

Gosling était absent du Festival de Cannes, l'an dernier, parce qu'il était justement en train de tourner «Lost River». Plutôt qu'assister à la première d'«Only God Forgives» de Nicolas Winding Refn, Gosling avait fait parvenir une note d'excuses. Cette année, il fait partie de la section Un Certain Regard avec «Lost River».

Mais l'influence de Refn, qui avait également offert le thriller noir «Drive» mettant en vedette Gosling, est facile à percevoir dans «Lost River». Il offre un style visuel audacieux grâce à la direction photo signée Benoit Debie («Spring Breakers») et a un compositeur en commun avec «Drive», Johnny Jewel.

Warner Bros n'a pas encore déterminé de date pour la sortie de «Lost River», qui a déjà porté le titre de «How to Catch a Monster».

INOLTRE SU HUFFPOST

Les meilleures photos du Festival de Cannes 2014