POLITIQUE

Manon Massé: la «guerrière de la paix» fait son entrée à l'Assemblée nationale

20/05/2014 04:48 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:01 EDT
Patrick Bellerose

QUÉBEC - À sa cinquième tentative, Manon Massé a finalement fait son entrée à l'Assemblée nationale mardi à titre de député de Québec solidaire. Proche des milieux communautaires, elle promet de faire les choses à sa manière.

«Je me serais présentée sept fois, s'il avait fallu, pour me faire élire», dit celle qui célébrera ses 51 ans jeudi. L'ex-organisatrice communautaire estime que son élection est dans la continuité de son travail entamé il y a 30 ans contre «l'injustice». «De l'autre côté, du côté de la rue, je sentais que nous n'avions plus l'écoute [du gouvernement], comme peuple. Que le monde des lobbies, le monde de la finance, eux, avaient des portes d'entrée directement», dit-elle.

«Même en tant qu'une des instigatrices de la Marche mondiale des femmes, même si nous étions 40 000 au Québec et que des groupes marchaient partout à travers la planète, nos élus ne nous entendaient plus», ajoute-t-elle. C'est la raison qui l'a poussé à cofonder, il y a 10 ans, le parti Option citoyenne, avec Françoise David qu'elle rejoint aujourd'hui au parlement.

La nouvelle députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques se définit elle-même comme une «guerrière de la paix». «Le système économique, tel qu'il est organisé actuellement, c'est une guerre. Et il faut se donner des outils pour mettre fin à cette guerre-là.» Pour elle, Québec solidaire, les organismes communautaires et les syndicats sont des outils pour «faire la guerre à ce système qui crée de l'injustice».

La voix des sans-voix

Manon Massé entend donner une voix au monde communautaire au sein de l'Assemblée nationale. «C'est mon monde, c'est le monde avec qui je travaille depuis 35 ans», note-t-elle.

Pour elle, les organismes communautaires jouent un rôle de soutien essentiel pour le réseau de santé, notamment. «On ne peut pas imaginer, si ces groupes là, demain matin, faisaient une grève, comment les CLSC, les hôpitaux, tout ce réseau public serait vraiment dans marde», lance-t-elle.

Québec solidaire ayant fait élire que trois députés, les pouvoirs du parti de gauche sont assez limités. «Mais on peut relayer les inquiétudes aux ministres, mettre en ligne des pétitions ou organiser des conférences de presse communes avec les organismes communautaires», énumère Manon Massé.

Mais Québec solidaire semble parfois prêcher dans le désert. Lors d'une conférence de presse du parti mardi, seuls quatre journalistes étaient présents, dont deux ne sont pas restés jusqu'à la fin. Avec les trois députés du parti sur la scène, il y avait à un moment plus de gens sur l'estrade que dans la salle.

Le parti était venu faire part de ses priorités au gouvernement Couillard quelques minutes avant le début de la nouvelle session parlementaire. Françoise David a notamment dit souhaiter que le prochain budget ne comprenne pas de compressions à l'aide sociale et que les 120 millions$ supplémentaires annuels promis aux organismes communautaires soient maintenus. Le parti rencontrera jeudi le ministre des Finances Carlos Leitao afin de lui faire part de ses solutions pour obtenir plus de revenus sans toucher aux services à la population. L'imposition des profits des banques et la création de Pharma-Québec seront au coeur des propositions.

Droit des LGBTQ

Manon Massé n'a jamais caché son orientation sexuelle et, contrairement à d'autres personnalités publiques, elle n'entend pas être discrète sur la question. «Je n'ai jamais été dans le garde-robe, dit-elle. Ça fait 32 ans que je suis une lesbienne "out". Si je ne l'avais pas dit [NDLR: après son élection], le monde n'aurait pas compris pourquoi. C'est comme si d'un coup j'étais rentré dans le garde-robe.»

Au contraire, elle croit que sa différence affichée peut envoyer un message positif aux marginaux dans la population. «Je suis une femme qui porte la moustache et qui l'assume complètement, dit-elle. [...] Je ne cherche pas à me conformer. Ça envoie un message, peu importe l'orientation sexuelle, qui dit: "dans la vie tu as le droit d'être comme tu es".»

Elle entend d'ailleurs représenter les intérêts de sa «communauté», comme elle le dit à plusieurs reprises, à l'Assemblée nationale. La loi 35, qui permet le de changer la mention de sexe sans avoir recours à la chirurgie, a été adoptée, mais le règlement pour sa mise en oeuvre se fait toujours attendre. Manon Massé surveillera également la prochaine mouture du Plan d'action gouvernemental de lutte contre l'homophobie, dont la version actuelle vient à échéance en 2016. Au-delà des bonnes intentions, il faudra que les fonds soient au rendez-vous, dit-elle.

Manon Massé souhaite enfin le retour des cours d'éducation à la sexualité dans les écoles secondaires, incluant un volet sur l'homosexualité et l'identité de genre. «Ça permettrait aux jeunes de comprendre que ça se peut que tu aies une orientation sexuelle qui n'est pas majoritaire. Ou que depuis toujours tu ne t'es pas senti né dans le bon corps. Ça permettrait, notamment, de réduire le taux de suicide qui est énorme dans la communauté LGBTQ.»

INOLTRE SU HUFFPOST

15 sportifs ouvertement gais