NOUVELLES

Mali: arrivée à Bamako des ex-otages du Nord, des civils fuient Kidal

20/05/2014 05:11 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

Les autorités maliennes ont accueilli mardi à Bamako les fonctionnaires libérés après trois jours aux mains de groupes armés à Kidal (extrême nord-est) après des combats meurtriers qui, selon une source militaire jointe sur place, ont poussé quelques centaines de civils à fuir.

"Vous revenez d'un enfer. (...) Au nom de la Nation malienne, je vous souhaite la bienvenue" dans la capitale, leur a déclaré le président malien Ibrahim Boubacar Keïta à l'aéroport selon des images diffusées par la télévision publique malienne ORTM.

Plusieurs ministres, des autorités politiques et des membres des familles des ex-otages étaient également présents à l'accueil.

Différentes sources avaient évoqué l'enlèvement d'une trentaine de fonctionnaires par le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg) après des combats contre l'armée à Kidal le 17 mai.

Lundi, la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a annoncé avoir réussir à obtenir, après plusieurs heures de négociations, la libération lundi de 32 personnes au total qui étaient aux mains du MNLA.

Le 17 mai, six responsables de l'Etat et deux civils ont également été assassinés au gouvernorat de Kidal, qui a ensuite été occupé par des groupes armés après des affrontements entre l'armée malienne et des groupes armés, selon la mission onusienne et le gouvernement malien.

Bamako a indiqué que les six responsables étaient deux préfets et quatre sous-préfets. Il a annoncé un bilan de 36 morts, dont huit militaires, lors des combats qui se sont déroulés alors que le Premier ministre Moussa Mara était en visite dans la ville.

Les violences ont poussé "quelques centaines" de civils à fuir la ville ces dernières 48 heures, "pour des campements situés dans le désert", a affirmé mardi à l'AFP une source militaire de la Minusma jointe sur place.

"Les civils ont peur de la guerre, ils ont peur d'être pris pour cibles", a-t-elle ajouté. Selon elle, quelques actes de vandalisme ont été notés, "des boutiques ont été pillées". Elle n'a pas fourni de détails.

Mardi, la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), l'Association malienne des droits humains (AMDH), Human Rights Watch (HRW) ont réclamé des enquêtes sur les assassinats à Kidal.

Suliman Baldo, expert indépendant sur la situation des droits de l'Homme au Mali nommé par l'ONU en août 2013, a aussi demandé l'ouverture d'une enquête "afin d'établir les faits et les responsabilités" sur ces "actes hautement condamnables", qui fragilisent encore plus la situation sécuritaire dans le nord du Mali, instable.

sd-cs/bir

PLUS:hp