NOUVELLES

Libye: un groupe jihadiste avertit qu'il ripostera à toute attaque

20/05/2014 05:35 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

Le groupe jihadiste libyen Ansar Asharia a averti mardi qu'il riposterait à toute attaque du général dissident Khalifa Haftar dont les forces ont lancé une opération contre les groupes islamistes à Benghazi dans l'est de la Libye.

"La confrontation est désormais inévitable pour défendre notre ville et notre terre", a indiqué le groupe, classé organisation "terroriste" par les Etats-Unis, dans un communiqué.

Il a qualifié l'opération du général à la retraite Haftar de "guerre contre (...) l'islam appuyée par l'Occident et ses alliés arabes".

"Nous allons agir avec toute force contre quiconque entre dans la ville ou l'attaque, comme on l'avait fait avec le convoi de Kadhafi et ses brigades", a ajouté le groupe.

Il faisait allusion aux forces envoyées à Benghazi en mars 2011 par le dictateur déchu Mouammar Kadhafi pour mater la rébellion qui y avait éclaté quelques jours plus tôt.

Ansar Asharia affirme soutenir les appels des habitants à plus de sécurité et de stabilité, mais souligne que cela doit se passer "sous la bannière de la charia (loi islamique) et non de la démocratie et de la laïcité".

Le général Khalifa Haftar, dont la force paramilitaire s'est auto-déclarée Armée nationale libyenne, a lancé vendredi une offensive contre des groupes islamistes à Benghazi, qu'il qualifie de "terroristes". Il s'était retiré ensuite de la ville en soulignant que l'opération baptisée "Dignité" allait se poursuivre.

Depuis, des forces se son ralliées à lui, en particulier Les Forces spéciales, une unité d'élite de l'armée à Benghazi.

Ansar Asharia est pointé du doigt dans plusieurs attaques et assassinats ayant visé les services de sécurité à Benghazi. Il est aussi soupçonné d'implication dans des attaques contre les intérêts occidentaux, dont celle du 11 septembre 2012 contre le consulat américain à Benghazi dans laquelle l'ambassadeur et trois autres Américains ont péri.

Ansar Asharia (Les partisans de la loi islamique, en arabe) a vu le jour après la chute du régime de Mouammar Kadhafi. Son bras militaire est formé par d'anciens rebelles ayant combattu les forces Kadhafi en 2011.

Il milite pour l'application de la charia, ne reconnaît pas les institutions officielles et qualifie les services de sécurité d'"apostats".

ila/tp

PLUS:hp