NOUVELLES

GB/conflit syrien: un Britannique reconnu coupable de délits liés au terrorisme

20/05/2014 09:48 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

Un apprenti jihadiste, accusé de s'être rendu en Syrie pour rejoindre un camp d'entraînement terroriste afin de devenir un "martyr", a été reconnu coupable mardi de délits liés au terrorisme par la justice londonienne, une première au Royaume-Uni.

Mashudur Choudhury a été reconnu coupable d'avoir "commencé une préparation en vue de commettre des actes terroristes". Sa peine sera prononcée le 13 juin.

L'homme de 31 ans avait été arrêté le 26 octobre à l'aéroport de Gatwick, au sud de Londres, alors qu'il revenait du Moyen-Orient.

Mashudur Choudhury avait quitté le Royaume-Uni le 8 octobre avec trois camarades habitant comme lui à Portsmouth (sud) pour se rendre en Syrie via la Turquie.

Devant les jurés de la Cour de Kingston, dans le sud-ouest de Londres, la procureure Alison Morgan a affirmé, au cours du procès, que "les preuves montraient clairement que l'accusé s'était rendu en Syrie avec l'intention de participer à un camp d'entraînement".

"L'entraînement devait inclure l'usage d'armes à feu" et la visée de son engagement était de servir "une cause politique, religieuse ou idéologique", a-t-elle ajouté.

La procureure a ajouté qu'"à plusieurs reprises dans ses conversations, l'accusé avait exposé son intention de devenir un martyr".

Elle a détaillé des échanges de textos entre l'accusé, père de deux enfants, et son épouse en juillet 2013.

Dans l'un de ces messages, celle-ci écrit à son mari: "Va mourir sur le champ de bataille. Va mourir, je le pense vraiment, vas-y. Je serai soulagée. Enfin. Enfin".

L'accusé entretenait également des contacts, notamment sur Skype, avec un autre résident britannique, Ifthekar Jaman. Interviewé par la BBC, ce dernier a reconnu être parti en Syrie pour combattre le régime de Bachar al-Assad et est considéré comme mort au combat.

Selon l'accusation, Mashudur Choudhury a envoyé un message à Jaman pour lui dire que le petit groupe qu'il formait avec les trois autres personnes de Portsmouth pourrait prendre le nom de "brigade britannique des mauvais garçons bangladais".

"Mort de rire, un peu long", aurait répondu Ifthekar Jaman.

Au total, 25 Britanniques rentrant de Syrie avaient été arrêtés à leur retour au Royaume-Uni en 2013, un chiffre en forte progression cette année puisque les autorités ont fait état de 40 arrestations lors des trois premiers mois de 2014.

sds/mc/mr

PLUS:hp