NOUVELLES

Les inondations historiques ont "réveillé" les mines du conflit des années 1990

19/05/2014 11:21 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

Les pires inondations qui ont frappées la Bosnie depuis un siècle menacent de charrier des mines datant du conflit des années 1990 et qui posent désormais un nouveau danger pour la population, ont averti lundi les autorités.

"Les flots et les glissements de terrain menacent de charrier une certaine quantité de mines et de détruire les panneaux qui informaient les citoyens de leur présence", a déclaré à l'AFP Sasa Obradovic, responsable de l'Agence nationale bosnienne chargée du déminage.

"Nos équipes sont sur le terrain et réunissent des informations sur les éventuels changements intervenus dans les champs de mines afin de pouvoir alerter la population", a-t-il dit à l'AFP.

"Les citoyens doivent être très prudents lorsqu'ils commenceront à déblayer les jardins entourant leurs maisons ou leurs champs car la boue que les flots ont amoncelé peut cacher des mines ou d'autres engins explosif", a-t-il ajouté.

Pendant le conflit en Bosnie (1992-95) des mines ont été posées notamment le long des rivières qui souvent étaient aussi des lignes de démarcation entre les belligérants.

Depuis plusieurs jours, des pluies diluviennes ont provoqué des inondations catastrophiques en Bosnie et en Serbie voisine faisant au moins 47 morts et contraignant des dizaines de milliers de personnes à fuir leurs foyers.

Le danger en ce qui concerne les mines est notamment présent dans les villes du nord de la Bosnie, à Doboj et Maglaj et dans des régions situés sur les rives de Sava et Una, a expliqué M. Obradovic.

"Étant donné que la Sava est en crue, d'autres régions pourraient être affectées par ce problème", a-t-il précisé.

Selon des chiffres officiels, plus de 120.000 mines sont encore éparpillées en Bosnie près de vingt ans après la fin du conflit.

Environ 2,4% du territoire de cette ex-république yougoslave est toujours infestée par des mines anti-personnel et d'autres engins explosifs.

Quelque 600 personnes ont été tuées et plus de mille ont été blessés après la fin du conflit par des explosions de mines abandonnées.

La Croatie voisine est infestée par 70.000 mines datant du conflit dans ce pays (1991-95). Selon le Centre national chargé du déminage, 162.000 km2 de terrain qui pourrait contenir des mines font partie des régions du pays frappées par les inondations.

En Serbie, les régions des champs de mines sont situées dans le sud du pays, épargné par les inondations.

M. Obradovic a précisé que l'Agence bosnienne chargée du déminage comptait proposer la création, avec la Croatie et la Serbie, d'un centre régional pour traiter ce problème.

rus-ljv-mat/cn/bir

PLUS:hp