NOUVELLES

Le Brésil content d'accueillir le Mondial, affirme Valcke

19/05/2014 01:33 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

Le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, a déclaré lundi que les Brésiliens étaient toujours contents d'accueillir la Coupe du Monde, même si elle est la cible de manifestations en raison de son budget de plus de 11 milliards de dollars.

"Des articles disent que les Brésiliens ne veulent pas de la Coupe du monde mais cela ne reflète pas les sondages d'opinion publique, ni dans ce que nous avons vu sur le terrain, au Brésil", a-t-il déclaré dans un communiqué peu après son arrivée dans le pays pour contrôler les derniers préparatifs de la compétition programmée du 12 juin au 13 juillet.

"Cela se voit dans la demande de plus de 11 millions de billets à ce jour: un chiffre sans précédent dans l'histoire de l'événement", a-t-il souligné.

Le numéro deux de la Fifa a cité un récent sondage réalisé par l'Institut britannique Sponsorship Intelligence, selon lequel 57% des Brésiliens sont "très enthousiastes" à l'égard du Mondial.

"Il n'y a aucun doute, +Vai ter Copa!+ (Il va y avoir la Coupe!)" a dit Valcke en inversant le slogan scandé dans les manifestations anti-Mondial "Nao vai ter Copa!" (Il n'y aura pas de Coupe).

En juin 2013, une fronde sociale massive avait ébranlé le pays, s'élevant contre les sommes colossales investies dans la construction des stades au détriment des services publics. Par la suite, les manifestations ont perdu en intensité mais se sont progressivement radicalisées.

Le Brésil a également du mal à livrer dans les délais les stades et les infrastructures, et Valcke a promis de veiller à ce que tout soit prêt avant le match d'ouverture, entre le Brésil et la Croatie, à Sao Paulo.

"Nous avons encore de longues journées de travail, bien occupées devant nous", a-t-il dit en annonçant des plans de tournées dans les 12 villes hôtes.

Jérôme Valcke n'a pas eu la vie facile au Brésil. Voici deux ans, il avait créé une énorme polémique en demandant au pays de se donner "un coup de pied aux fesses" pour rattraper le retard dans les travaux. Il avait dû présenter ensuite des excuses.

Toujours en travaux à 25 jours du Mondial, le stade de Sao Paulo, l'Itaquerao, a passé un premier et unique test officiel dimanche. Quelque 36.000 spectateurs avaient fait le déplacement, alors que 40.000 des 68.000 places avaient été mises en vente.

Les ascenseurs ont mal fonctionné. Le toit n'étant pas achevé, une partie du public a été copieusement arrosée par une pluie battante, et les communications téléphoniques étaient pratiquement impossibles pendant et après la rencontre.

jhb/cdo/hdz/gv

PLUS:hp