POLITIQUE

L'incertitude plane toujours autour d'un programme fédéral pour les mères détenues

19/05/2014 03:24 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
In this photo taken May 3, 2014, inmate Erica Carmona, 21, tosses a soccer ball back and forth with her son, Dominic, 3, during his visit to the Folsom Women's Facility in Folsom Calif. Carmona, from Los Angeles County, who is serving time for assault with a deadly weapon, had the chance to spend time with her son through a nonprofit program called Get on the Bus that arranges for children of inmates to visit their parents in California prisons around Mother's and Father's days. (AP Photo/Rich Pedroncelli)

MONTRÉAL - Le Canada devrait compléter ce mois-ci des travaux d'agrandissement de prisons pour femmes avec l'ajout de nouvelles pièces destinées aux mères et leurs nourrissons ou jeunes enfants.

Il y a toutefois peu d'indices que ces nouvelles unités entraîneront une augmentation du nombre de participantes au programme mère-enfant du gouvernement fédéral, qui est rarement utilisé, bien qu'il s'inscrive encore officiellement dans les politiques carcérales.

L'ombudsman des prisons fédérales, Howard Sapers, dit être en contact fréquent avec Service correctionnel Canada sur cette question, non seulement à propos de la confusion entourant cette politique, mais également en raison du très faible taux de participation.

Depuis 2008, seulement 14 enfants ont participé à l'échelle fédérale, dont huit à temps plein. Il n'y a actuellement que deux participants à temps partiel, précise M. Sapers.

En vertu de ce programme, les enfants de moins de quatre ans peuvent demeurer à l'intérieur de la prison avec leur mère détenue admissible. Les enfants de moins de six ans sont admis à temps partiel.

Les partisans du programme croient qu'il peut avoir des avantages pour la mère et l'enfant, y compris un plus faible taux de récidive. Par contre, certains groupes de victimes ont affirmé que cela offre aux femmes incarcérées un privilège qu'elles ne méritent pas. Les employés des prisons ont également soulevé des inquiétudes quant à la sécurité des enfants.

Service correctionnel Canada est en voie d'ajouter un total de 114 lits à sécurité minimale dans des prisons de Nouvelle-Écosse, de l'Ontario, de l'Alberta et de la Colombie-Britannique. Il y aura 15 pièces adjacentes à la prison, prévues pour les mères et leurs enfants, a indiqué par courriel la porte-parole Chantal Guérette. Elle n'a cependant pas confirmé si ces ajouts signifient une hausse du nombre de participantes.

En 2008, le gouvernement Harper a ordonné un resserrement des critères d'admissibilité mais six ans plus tard, il n'a toujours pas officialisé le changement.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper