NOUVELLES

Niger: les organisations musulmanes contre la baisse de la démographie

18/05/2014 01:03 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

Les organisations islamiques du Niger, pays majoritairement musulman, ont décidé de "combattre" la politique visant à faire baisser le taux de croissance démographique qui a grimpé de 18% en dix ans, avec un taux de fécondité de 7,1 à 8 enfants par femme.

Ce pays sahélien et pauvre compte plus de 17 millions d'habitants en 2013 contre 10 millions en 2001, faisant passer son taux de croissance de 3,3% en 2001 à 3,9% en 2013, selon les chiffres officiels communiqués mercredi.

"Nous dénonçons les tentatives de détourner et d'orienter les recommandations d'un (récent) forum sur la population essentiellement vers la réduction du taux de fécondité de la femme nigérienne", ont indiqué ces organisations lors d'un meeting samedi.

Cette politique "ne saurait en aucun cas avoir la caution des associations islamiques", ont-elles prévenu.

Plus d'un millier de personnes, dont de nombreuses femmes, ont assisté à ce meeting dans une grande mosquée.

"Nous demandons aux musulmans de barrer la route à tous les textes non conformes à l'islam et à ses valeurs dont la remise en cause des mariages célébrés dans nos villes et villages considérés par les féministes comme +des mariages précoces+", ont indiqué ces organisations.

Le Niger souvent confronté de graves crises alimentaires, détient également l'un des taux de fécondité le plus fort au monde avec 7,1 à 8 enfants par femme.

Les autorités citent les mariages et les grossesses précoces parmi les causes du fort taux de natalité.

La nouvelle stratégie des autorités vise à ramener la courbe démographique à 2,5% d'ici 2015 et de porter le taux de contraception de 5% à 11% et obtenir une réduction de l'indice de fécondité à 5 enfants par femme.

"Nous devons procréer de manière responsable, c'est-à-dire avec la pleine conscience que nous avons le devoir de nourrir, d'éduquer, de soigner les enfants que nous mettons au monde", a déclaré le président Mahamadou Issoufou en visite en début de semaine à Maradi (sud-est), une des régions fortement influencée par des courants islamistes venus du Nigeria voisin.

Les programmes officiels de maîtrise de la démographie, se heurtent souvent aux réticences des organisations islamistes.

"Nous demandons aux féministes et à leurs soutiens locaux et étrangers de coller la paix à notre identité islamique que nous sommes déterminés à sauvegarder sans faiblesse", ont prévenu les organisations musulmanes.

bh/ck/jmc

PLUS:hp