NOUVELLES

L'Ukraine, berceau de l'orthodoxie russe et terrain de jeu des grandes puissances

18/05/2014 06:06 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

Terre longtemps dominée par les empires, des Polonais aux Austro-Hongrois et aux Russes, l'Ukraine élit dimanche un nouveau président au plus fort d'une crise politique qui menace son existence et bouleverse les rapports de force au coeur de l'Europe.

Cette ex-république soviétique a tout connu depuis six mois: un mouvement de contestation à Kiev pour chasser le président Viktor Ianoukovitch, l'occupation par des forces russes de la Crimée rapidement rattachée à la Russie, et désormais une situation de quasi-guerre civile entre Ukrainiens sur fond d'insurrection armée prorusse dans l'est du pays.

En arrière plan, l'Ukraine est le terrain d'un affrontement géopolitique entre Russes et Occidentaux.

- SITUATION GEOGRAPHIQUE: L'Ukraine est le plus vaste pays du continent européen après la Russie avec 603.700 km2. Cette superficie comprend la péninsule de Crimée, dont le rattachement à la Russie n'est pas reconnu par la communauté internationale.

- CAPITALE: Kiev.

- POPULATION: 45,6 millions d'habitants en 2012 (Banque mondiale). Importante communauté russe.

- LANGUE: L'ukrainien (officiel). Le russe reste couramment parlé, notamment dans l'est et le sud.

- RELIGION: Les orthodoxes sont majoritaires. Mais des catholiques de rite oriental sont très présents dans l'ouest, près de la Pologne.

- HISTOIRE: Berceau de l'orthodoxie russe au Xe siècle, l'Ukraine passe sous la coupe de l'Empire russe à la fin du XVIIe siècle, puis devient république fédérée de l'Union soviétique en 1922.

La république est le théâtre dans les années 30 d'une famine ordonnée par Staline et de massacres pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le 26 avril 1986, le réacteur numéro quatre de la centrale nucléaire de Tchernobyl (nord) explose, contaminant une bonne partie de l'Europe et notamment des régions en Ukraine, au Bélarus et en Russie. La centrale est fermée fin 2000.

L'Ukraine devient indépendante le 24 août 1991.

- POLITIQUE: En 2004, la victoire annoncée à la présidentielle du candidat pro-russe Viktor Ianoukovitch déclenche un mouvement de protestation (Révolution orange) qui porte au pouvoir l'opposant pro-occidental Viktor Iouchtchenko.

Mais la popularité de Iouchtchenko chute peu à peu, les réformes promises n'ayant pas eu lieu. Au fil des crises politiques, la Première ministre Ioulia Timochenko, son ancienne alliée, devient son ennemie jurée.

En 2010, Ianoukovitch remporte la présidentielle face à Timochenko, condamnée en 2011 pour abus de pouvoir et emprisonnée à l'issue d'un procès "politique", selon l'UE qui réclame sa libération.

En novembre 2013, la volte-face du président Viktor Ianoukovitch qui renonce subitement à un rapprochement avec l'Union européenne pour se tourner vers Moscou provoque le mouvement de contestation de Maïdan. Fin février après une répression qui fait plus de 100 morts, Ianoukovitch fuit en Russie. Dans la foulée, des forces russes occupent la Crimée avant l'organisation d'un référendum pour le rattachement de la péninsule à la Russie. Alors que la Russie intègre la Crimée, des mouvements séparatistes naissent dans l'est de l'Ukraine, faisant craindre une invasion de l'Ukraine par l'armée russe. Plus de 150 militaires, insurgés et civils ont péri dans les combats dans l'Est depuis mi-avril.

- ECONOMIE: Le pays, qui a connu une année 2013 catastrophique sur le plan économique et financier, est considérée comme proche de la faillite.

Le gaz est un sujet sensible entre la Russie, qui couvre 60% de la consommation ukrainienne, et son voisin qui constitue aussi le principal pays de transit du gaz russe exporté vers l'UE. En 2009, les Européens ont subi une interruption de deux semaines des livraisons russes, en raison d'un conflit sur le gaz entre Kiev et Moscou.

Fin mai, le groupe russe Gazprom chiffrait la dette gazière de l'Ukraine à 3,5 milliards de dollars.

Le FMI, la Banque Mondiale et l'Union européenne ont promis 27 milliards de dollars de prêts pour aider l'Ukraine.

+ PIB: 176 milliards de dollars en 2012 (BM).

+ Revenu par habitant: 3.500 dollars en 2012 (BM).

+ Chômage: 7,5% en 2012, prévision: 8% en 2013-2014 (Fonds monétaire international).

+ Monnaie: Le hryvnia. Pour éviter un effondrement de sa monnaie, la banque centrale a imposé des restrictions sur les mouvements de capitaux.

- DEFENSE: 129.950 hommes. Paramilitaires: 84.900, selon l'Institut international des études stratégiques (IISS, 2014).

doc-kd/kat/glr

PLUS:hp