NOUVELLES

Les Suisses refusent le salaire minimum le plus élevé du monde (première projection)

18/05/2014 07:25 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

Les Suisses ont clairement refusé dimanche l'introduction dans le pays d'un salaire minimum unique d'environ 3.300 euros, qui aurait été le plus élevé du monde, selon les premières projections publiées par l'institut helvétique GFS.bern.

Seuls 23% des Suisses ont dit oui à l'introduction d'un salaire minimum de 22 francs suisses de l'heure (18 euros), soit environ 4.000 francs suisses bruts (3.300 euros) pour 42 heures hebdomadaires (100%), selon un tweet de GFS.bern, qui précise que la marge d'erreur est de 3%.

Alors que les bureaux de vote ont fermé à 12H00 (10H00GMT), les premiers résultats publiés par les autorités cantonales montrent que le non l'emporte à Genève (66,2%) et à Bâle (62,8%). Le canton de Vaud a pour l'instant aussi dit nettement non au salaire minimum (74%).

Ce salaire minimum aurait été le plus élevé au monde: il est de 9,43 euros en France, de 5,05 euros en Espagne et sera, en Allemagne, de 8,50 euros à partir de 2015.

Pour les syndicats et partis de gauche, le coût très élevé de la vie en Suisse justifiait ce salaire minimum de 4.000 euros.

Mais une grande partie de la population craignait qu'un tel salaire ne favorise une hausse du chômage, presque inexistant en Suisse (3,2% en avril).

Opposés à ce projet, la droite, les milieux agricoles, le Parlement et le gouvernement, avaient affirmé qu'un salaire minimum aussi élevé aurait été un danger pour l'emploi et avaient souligné qu'il existe déjà des salaires minimum dans certaines branches professionnelles.

- Suspense autour des avions -

A 11H32 GMT, l'issue du référendum sur l'achat de 22 nouveaux avions de combat suédois Gripen reste incertaine, selon l'institut GFS.bern.

A Genève, selon les premiers résultats sur la base du dépouillement de 90% des bulletins, le Gripen est refusé à 67,5% et à Bâle,à 67,42%.

Les premières estimations zurichoises donnent le Gripen perdant à 52% selon GFS.bern. Mais les experts s'attendent à un résultat serré.

Le gouvernement suisse et le Parlement veulent acheter les Gripen, estimant qu'une partie des avions de combat dont disposent les Forces armées suisses sont "obsolètes".

Afin de financer cette acquisition, le Parlement a créé un fonds alimenté dans le cadre des dépenses ordinaires liées à l'armement pour répartir sur une période de 11 ans les coûts de 2,56 milliards d'euros nécessaires à cet achat.

Opposés au projet, la gauche et les Verts affirment que la facture sera bien plus lourde et que la Suisse est entourée de pays amis. L'avion, dont la variante E commandée n'existe que sur le papier, n'est pas assez performant, estiment ses détracteurs, soulignant qu'il sera toujours temps plus tard de reconsidérer une autre commande.

"Si la loi n'entre pas en vigueur, il sera impossible d'acheter les avions", a toutefois averti le gouvernement, tandis que le ministre de la Défense, Ueli Maurer, a martelé à plusieurs reprises qu'"il n'y a pas de plan B".

- Pédophilie: pour une loi plus sévère -

Les Suisses ont par ailleurs dit oui -- à 63% avec une marge d'erreur de 3% selon GFS.bern -- à une initiative demandant que toute personne condamnée pour abus sexuel sur un enfant ou une personne dépendante soit privée à vie du droit d'exercer une activité professionnelle ou bénévole en contact avec des mineurs ou des personnes dépendantes.

A Genève, le oui l'emporte à 74,2% selon les premiers résultats. Le Parlement n'avait pas donné de consigne de vote, mais le gouvernement s'y était opposé, estimant que l'initiative pénaliserait les amours d'adolescents.

apo/abk

PLUS:hp