NOUVELLES

Ukraine: deux millions d'électeurs de l'Est pourraient être privés de présidentielle (Commission électorale)

17/05/2014 04:34 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

Près de deux millions d'électeurs de l'est de l'Ukraine en proie à une insurrection armée pourraient être privés de vote lors de la présidentielle du 25 mai si le gouvernement n'intervient pas pour assurer la sécurité, a mis en garde samedi la Commission centrale électorale.

La Commission électorale s'inquiète dans un communiqué de l'"impossibilité" de préparer et d'organiser ce scrutin crucial pour l'avenir de l'Ukraine en raison "des actions illégales d'inconnus", manière de parler de la présence des séparatistes armés prorusses dans les régions de Donetsk et de Lougansk qui ont proclamé le 13 mai leur "souveraineté" après des référendum d'indépendance jugés illégaux par la communauté internationale.

La Commission cite plusieurs cas d'antennes locales où la sécurité de ses fonctionnnaires n'est pas assurée et fait état de cas de "menaces et de pressions physiques contre les membres des commissions électorales".

Au total, selon un décompte de l'AFP à partir des chiffres officiels d'électeurs enregistrés dans ces commissions, plus de 970.000 électeurs de la région de Donetsk et plus de 940.000 électeurs de la région de Lougansk pourraient ainsi être empêchés de voter. Au total, 36 millions d'Ukrainiens sont attendus le 25 mai dans les urnes.

La Commission à Kiev déplore "le refus ou l'absence de réaction" de la police et des services de sécurité quand des fonctionnaires viennent se plaindre des actions des séparatistes et a appelé le président par intérim Olexandre Tourtchinov à prendre des "mesures pour assurer la sécurité durant le processus électoral" dans les bureaux de vote et les commissions électorales locales.

L'armée ukrainienne a lancé le 13 avril une opération "antiterroriste" pour reprendre le contrôle des régions de Donetsk et de Lougansk avec des objectifs précis: désarmer les groupes rebelles prorusses, libérer les bâtiments occupés (mairies, sièges de l'administration régionale, locaux de police et des services secrets) et rétablir l'autorité de Kiev dans ces régions, proches de la frontière russe, et où vivent quelque 7 millions d'habitants.

La présidentielle du 25 mai, convoquée après la destitution en février de Viktor Ianoukovitch, est jugée "cruciale" par les Occidentaux pour sortir de la crise. Le milliardaire pro-occidental, Petro Porochenko est donné grand favori. Selon un dernier sondage, un tiers seulement des électeurs de l'Est se disent prêt à voter.

os-kat/jh

PLUS:hp