NOUVELLES

Therrien espère que la défaite cinglante ramène le Canadien sur terre

17/05/2014 06:05 EDT | Actualisé 17/07/2014 05:12 EDT
Bruce Bennett via Getty Images
MONTREAL, QC - MAY 17: Mats Zuccarello #36 of the New York Rangers scores a goal in the first period past goaltender Carey Price #31 of the Montreal Canadiens in Game One of the Eastern Conference Finals of the 2014 NHL Stanley Cup Playoffs at the Bell Centre on May 17, 2014 in Montreal, Canada. (Photo by Bruce Bennett/Getty Images)

MONTRÉAL - La bonne nouvelle pour le Canadien, dans la raclée que les Rangers de New York lui ont infligée samedi, c'est qu'il n'aura pas tant d'ajustements à apporter en vue du deuxième match de la série, lundi.

«Quand tu n'es pas prêt mentalement et physiquement, il y a peu d'ajustements à faire sur les plans tactique et technique. Tu n'as aucune chance de gagner dans ce temps-là», a opiné l'entraîneur du Tricolore Michel Therrien.

Le `coach' a dit espérer que la défaite cinglante puisse ramener tout le monde sur terre.

«Nous devons oublier ce match au plus tôt, et aller de l'avant. Mais c'est une bonne leçon», a résumé Therrien.

Relâchement émotif

Chez les joueurs, on n'attribuait pas nécessairement la contre-performance à un relâchement émotif suivant la dramatique victoire contre les Bruins de Boston. Il n'y a que Rene Bourque qui l'ait fait.

«Je sais que c'est ce que les gens vont dire, a mentionné le défenseur P.K. Subban. Mais je ne suis pas d'accord. Nous sommes toujours prêts à donner l'effort maximum. Aujourd'hui, les Rangers nous ont été supérieurs au chapitre de l'exécution. Ils ont travaillé plus fort, ils ont été plus affamés. Ils ont été dominants dès le départ, le mérite leur revient. Nous avons bien rappliqué en deuxième période, mais ils ont marqué deux fois vers la fin. C'est un de ces matchs à oublier. Vous tournez la page, et vous vous préparez pour le match suivant.»

Il n'avait pas grand-chose d'autre à dire effectivement que c'est un match à oublier chez le Canadien.

«Oublier, c'est ce que nous ferons dès que vous aurez quitté le vestiaire», a lancé aux journalistes le défenseur Mike Weaver, qui avait même déjà oublié le score final!

«Que nous perdions 2-1, ou je ne me rappelle plus combien, ça n'a aucune importance en vue du match numéro deux», a-t-il ajouté.

«Ce n'est pas notre équipe que vous avez vu jouer aujourd'hui, a renchéri Subban. Nous pouvons jouer nettement mieux. Oui, les Rangers sont rapides, nous le savions. Mais nous le sommes aussi. Nous devrons être plus vigilants et plus concentrés dans le deuxième match.»

Trop tôt pour le CH

Dans le camp des Rangers, l'entraîneur Alain Vigneault a soulevé à la blague que comme les équipes canadiennes sont habituées de jouer les samedis soirs, le Canadien n'était peut-être pas prêt à jouer en après-midi.

Les Rangers, eux, étaient prêts, et ils ont signé une quatrième victoire d'affilée depuis le décès de la mère de l'attaquant Martin St-Louis.

Les joueurs se sont ralliés autour de leur coéquipier, qui a levé les yeux au ciel après avoir été l'auteur du premier but de la série.

«Nous vivons une période très remplie sur le plan émotif, a admis Vigneault, le trémolo dans la voix. C'est quelque chose de très fort. Martin a été au salon funéraire en compagnie de coéquipiers, vendredi, et je l'ai texté en soirée afin de m'assurer que tout était correct. Il est rentré à l'hôtel un peu avant minuit.

«Martin se comporte de façon incroyable dans cette épreuve, ce qui a favorisé le rapprochement de tous au sein de l'équipe. Dimanche, nous assisterons aux funérailles et ce sera une journée difficile pour tout le groupe. Nous allons par la suite amorcer la préparation pour le deuxième match.»

St-Louis, qui a aussi amassé une passe, apprécie tout le soutien et le réconfort qu'il reçoit des Rangers. Les amateurs au Centre Bell l'ont chaleureusement applaudi à la fin de la rencontre, quand il a été honoré à titre de la première étoile.

«Je n'ai eu aucune conversation avec quiconque au sujet de la série, a-t-il commenté. C'est une période très émotive pour moi. Je suis arrivé à Montréal une journée plus tôt pour vivre mon deuil. Les gars sont derrière moi et ils me soutiennent là-dedans.»

Pour revenir au duel de samedi, Vigneault a continué d'encenser ses rivaux, fidèle au discours flatteur qu'il tient depuis quelques jours, en disant que c'est le brio du gardien Henrik Lundqvist en deuxième période qui avait sauvé la mise pour les Rangers.

En ce qui a trait à l'excellent début de rencontre des siens, Vigneault a dit qu'on avait pu faire payer au CH des erreurs d'exécution dans son territoire.

«C'étaient nos premiers buts de la saison contre le Canadien à égalité numérique. Je devrai visionner le vidéo de la rencontre pour voir ce que nous avons bien fait.»

En saison régulière, les Rangers n'avaient réussi qu'un but en trois confrontations.

INOLTRE SU HUFFPOST

Séries 2014 - Troisième ronde: Canadiens - Rangers