NOUVELLES

Mali: le Premier ministre reporte sa visite à Kidal après des tirs dans la ville

17/05/2014 09:16 EDT | Actualisé 17/07/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre malien Moussa Mara a reporté une visite prévue à Kidal, ville du nord du pays et fief des rebelles touareg, après un échange de tirs entre des rebelles et l'armée malienne samedi, selon un proche du ministre.

Le Premier ministre était attendu dans la région, toujours instable, dans le cadre de sa première visite dans le Nord depuis sa prise de fonction en avril.

"Le Premier ministre malien Moussa Mara vient d'arriver à Gao. De Tombouctou, il devait aller à Kidal, avant l'étape de Gao. Mais à cause de la situation, il est venu d'abord à Gao". "Mais il tient coûte que coûte à se rendre à Kidal aujourd'hui. Nous voyons ce qu'il est possible de faire, même si la situation est tendue actuellement à Kidal", a indiqué un membre de son entourage à l'AFP.

"Il cherche toujours à faire le maximum pour se rendre à Kidal aujourd'hui. Nous examinons les possibilités existantes même si la situation est tendue à Kidal en ce moment", a-t-il ajouté.

Un responsable de la Minusma, la force de maintien de la paix des Nations-unies au Mali, avait indiqué précédemment à l'AFP que des tirs entre l'armée malienne et des rebelles touareg avaient éclaté à Kidal.

Les échanges de tirs avaient été confirmés par un responsable du gouvernorat de Kidal, qui a indiqué qu'il s'agissait "d'un acte de sabotage de la visite du Premier ministre".

Ce responsable avait ajouté que personne pour le moment n'avait été blessé mais que la situation était "très préoccupante".

De plus, selon des habitants de Kidal interrogés au téléphone par l'AFP, "une bonne centaine de personnes" avaient pris samedi la direction de l'aérodrome de Kidal, à l'appel de groupes rebelles touareg, pour empêcher l'arrivée du Premier ministre.

Vendredi déjà, plusieurs centaines de jeunes et de femmes avaient manifesté à l'aéroport contre cette visite. Selon des témoins, les manifestants avaient lancé des pierres contre les forces de sécurité, avant d'être finalement dispersés par les Casques bleus, d'après une source militaire malienne.

En novembre 2013, le précédent premier ministre Oumar Tatam Ly avait été contraint d'annuler une visite à Kidal après l'intrusion de manifestants hostiles sur l'aéroport de ce chef-lieu de région.

Moussa Mara a entamé vendredi sa tournée dans le Nord par Tombouctou, et il devait se rendre de Kidal à Gao samedi et dimanche.

La sécurité de son voyage est assurée par les Casques bleus et l'armée française, qui a lancé en janvier 2013 une intervention militaire contre les islamistes liés à Al-Qaïda qui occupaient le Nord du pays depuis un an.

Bien que les islamistes aient été chassés et largement affaiblis, l'Etat malien n'a jamais repris véritablement le contrôle de Kidal et de sa région, située à 1.500 km au nord-est de la capitale Bamako, où les Touaregs sont en force.

sd/ft/aub/de

PLUS:hp