NOUVELLES

Italie: Alba, siège du groupe Ferrero, fête les 50 ans de "sa" Nutella

17/05/2014 09:38 EDT | Actualisé 17/07/2014 05:12 EDT

Concerts, défilés et.. dégustations: Alba (nord-ouest), berceau du Nutella, fête en fanfare les 50 ans de la célèbre pâte à tartiner, un succès planétaire du "made in Italy" qui a fait de la famille Ferrero la plus grande fortune de la péninsule.

Dans les rues de la cité piémontaise, dès l'aurore, bars, pâtisseries et glaciers étaient à pied d'oeuvre pour offrir aux gourmands des plats à base de Nutella et des tartines à foison.

Parmi eux, Raffaelle, touriste de Reggio Calabre (sud), 55 ans, interrogé par l'AFP-TV, dit "être né dans un pot de Nutella" : "j'en mange quand je me lève et quand je me couche", confie-t-il, l'oeil gourmand.

Débutées à Alba, des dizaines d'animations, concerts et dégustations vont se poursuivre ce week-end dans le monde entier - Moscou, Varsovie, Dubaï, Dusseldorf, New York - pour fêter le 50e anniversaire d'un des goûters les plus appréciés des enfants.... Au grand dam parfois des parents soucieux de diététique.

"J'aime bien le Nutella, mais j'en mange pas trop à la maison. Maman elle aime pas trop en acheter", glisse ainsi Dune, une petite touriste suisse de six ans.

A midi, les restaurants d'Alba ont pris le relais en affichant sur leur carte des desserts confectionnés à partir de la célèbre pâte à tartiner, dont la recette est toujours tenue secrète.

C'est parce que le cacao manquait après la guerre alors que la noisette était, elle, très abondante et peu chère en Piémont que Pietro Ferrero, pâtissier de son état, a l'idée de cette pâte onctueuse.

Dans son livre "Mondo Nutella" (éditions Rizzoli), l'ancien journaliste de la Stampa, Gigi Padovani, raconte comment le patriarche "se mit au travail, avec sa blouse blanche qui le faisait ressembler à un chimiste".

"Dans son petit laboratoire, il avait à sa disposition un tourteau de noisettes, un peu de beurre de coco (parce que le beurre de cacao était trop cher et introuvable) et du cacao maigre en poudre", écrit-il.

"Supercrema"

Le succès de ce que Pietro Ferrero nomma alors "Giandujot" et qui remplaçait alors les tablettes de chocolat fut immédiat: "c'était agréable au goût et surtout, tout le monde pouvait l'acheter", explique Gigi Padovani.

En 1949, naît la "Supercrema", fruit d'une découverte hasardeuse: durant l'été torride, les employés de Ferrero se rendent compte que le "Giandujot" fond au soleil et qu'on peut facilement l'étaler sur une tartine!

Entre-temps, Pietro Ferrero est décédé prématurèment d'un infarctus et son fils unique, Michele, aujourd'hui âgé de 89 ans, prend les rênes de l'entreprise qui compte aujourd'hui près de 22.000 salariés dans le monde.

A l'époque une loi interdit en Italie le terme "super" sur les produits agro-alimentaires, et Ferrero, qui commence à exporter à l'étranger, cherche un "nom facile à prononcer et à se rappeler", tant en Allemagne qu'en France - premiers consommateurs mondiaux -. Ainsi naît en 1964 la marque "Nutella", mélange de "nut" (noisette en anglais) et du suffixe féminin laudatif "ella".

"L'histoire de Nutella est emblématique des entreprises italiennes" pour son caractère familial, a précisé la ministre du Développement économique Federica Guidi, pour qui cette "histoire de pauvreté" devenue un succès mondial constitue un symbole du Made in Italy.

Aujourd'hui, "la" Nutella, comme on dit en Italie, est produite dans onze usines du groupe Ferrero dans le monde, à raison de 365.000 tonnes par an.

Michele Ferrero, remplacé à la tête de l'entreprise par son fils Giovanni, né en 1964, et sa famille se sont classés une nouvelle fois en tête des plus grandes fortunes d'Italie en 2013 avec un patrimoine évalué à 14,9 milliards d'euros.

Le groupe Ferrero (Kinder, Ferrero Rocher, Mon Chéri) réalise un chiffre d'affaires annuel de plus de 8 milliards d'euros, dont 1,7 milliard pour la seule Nutella.

lrb-sl/mle/mr

PLUS:hp