NOUVELLES

Inde: l'attrait perdu de la dynastie Gandhi

17/05/2014 03:55 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

Rahul Gandhi avait promis de vaincre les nationalistes hindous avec "amour" mais il a subi une cinglante défaite aux législatives qui soulève une question: la plus fameuse dynastie indienne a-t-elle perdu tout attrait?

Pour Rahul, qui à 43 ans dirigeait sa première campagne nationale pour le parti du Congrès, cette nouvelle défaite intervient après deux échecs lors d'élections régionales.

"Le parti va avoir de réelles difficultés à rebondir", estimait un haut cadre du Congrès vendredi alors que la déroute se confirmait.

"Le moral est au plus bas chez les militants. Certains sont sous le choc. Nous avons besoin d'un renouvellement complet, à commencer par le sommet", ajoutait-il.

Sans surprise, ces propos étaient tenus sous couvert d'anonymat et peu de signes apparaissent d'une révolte ouverte contre la dynastie Gandhi-Nehru, qui a donné trois Premiers ministres à l'Inde.

Mais la frustration s'est amplifiée tout au long d'une campagne sans éclat. Vendredi, un petit nombre de militants ont demandé le remplacement de Rahul, fils de la présidente du parti Sonia, par sa jeune soeur Priyanka, dont les apparitions ont été remarquées pendant la campagne.

Une telle demande conforte les critiques de ceux qui jugent que le parti s'est rendu trop dépendant d'une famille qui domine la politique indienne depuis l'indépendance.

Interrogé récemment sur la place que devrait tenir Priyanka au sein du Congrès, Narendra Modi, le tout nouveau Premier ministre élu, a répondu: "il est étrange qu'un parti national comme le Congrès ne soit pas en mesure de penser au-delà des Gandhi pour sa direction".

Héros de la lutte pour l'indépendance, Jawaharlal Nehru fut le premier Premier ministre de l'Inde indépendante. Sa fille Indira a également longuement dirigé le pays avant d'être assassinée en 1984, son fils Rajiv lui succédant alors. Ce dernier sera à son tour tué par une kamikaze en 1991.

Sa veuve Sonia est devenue la quatrième membre de la dynastie à conduire le Congrès au succès en 2004 mais elle a refusé de devenir Premier ministre.

- Propos déroutants -

L'appétit de son fils Rahul pour le pouvoir et la politique reste en revanche une énigme.

"Rahul, à la différence des autres membres de la dynastie Gandhi, est incapable de remporter des élections et d'enthousiasmer les foules", estime le commentateur politique Hartosh Singh Bal, auprès de l'AFP.

L'an dernier, Rahul a comparé le pouvoir à un poison et s'est exprimé contre les dynasties en politique alors qu'il venait d'accepter de conduire la campagne de sa formation.

"Nous avons enregistré un mauvais résultat. En tant que vice-président du parti, je me tiens pour responsable",a-t-il réagi vendredi après la défaite, tandis que sa mère reprenait des termes similaires.

Pour ses partisans, Rahul avait une mission impossible lors de cette campagne, alors que le parti sort usé de dix ans au pouvoir, affaibli par des scandales de corruption à répétition, une inflation galopante et une croissance au ralenti.

Mais les commentateurs jugent que la campagne du Congrès a manqué d'éclat, Rahul peinant à entrer en contact avec les électeurs et à comprendre les attentes du public.

"La façon dont le parti du Congrès a renvoyé les Britanniques avec amour (..) le Congrès va maintenant renvoyer le BJP avec le même amour", déclarait-il ainsi en mars lors d'un meeting.

En d'autres occasions, il a dérouté par ses propos, promettant de libérer les "ruches des énergies" de l'Inde et déclarant une autre fois aux membres des basses castes qu'ils leur donneraient "la vitesse de libération de Jupiter".

Son principal message fut de promettre de nouveaux droits et de nouveaux programmes sociaux, assurant que le BJP diviserait profondément hindous et musulmans. Mais ce message n'est pas passé.

Sa mère Sonia, 67 ans, reste la principale figure du parti mais elle souffre de problèmes de santé qui expliquent en parti l'ascension de son fils.

Priyanka est considérée comme la principale alternative et sa volonté d'en découdre avec Modi pendant la campagne a beaucoup plu au sein du parti. Mais l'image de son mari et sa volonté affichée de se consacrer à ses enfants font planer l'incertitude sur cette possibilité.

bur-co/ef/ia

PLUS:hp