NOUVELLES

Total: le projet Yamal marginalement affecté par la crise russo-ukrainienne

16/05/2014 09:09 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

La crise russo-ukrainienne devrait avoir un impact "très faible" sur le gigantesque projet gazier de Yamal en Russie, même s'il pourrait être perturbé par "des problèmes de financement", a déclaré vendredi le PDG du groupe pétrolier français Total.

"L'impact aujourd'hui sur le projet Yamal LNG, à mon avis, est très faible", a affirmé Christophe de Margerie lors de l'assemblée générale des actionnaires du groupe.

"Il va peut-être dans un premier temps être un peu perturbé par des problèmes de financement ou d'accès à certains matériaux sous embargo mais franchement, à part un éventuel petit délai dans la mise en production, aujourd'hui on n'a aucune raison de remettre en cause ce projet", a-t-il poursuivi.

"C'est un projet à 30, à 40 ans", a-t-il ajouté.

Lancé en décembre 2013, le projet de Yamal LNG représente un investissement de 27 milliards d'euros, partagé entre Total (20%) et le russe Novatek (80%).

Il porte à la fois sur la mise en exploitation du site situé au delà du cercle polaire et la construction de l'usine de liquéfaction qui permettra d'exporter le gaz naturel qui y sera extrait.

"Il y a un risque qui n'existe pas pour l'instant, parce qu'aujourd'hui on n'est pas touché par les problèmes de financement, on n'est pas touché par les problèmes d'embargo. S'il devait y en avoir, à ce moment-là il y aurait un risque de petit dérapage", a précisé Christophe de Margerie à des journalistes, à l'issue de la réunion.

"L'Eximbank US a annoncé sa sortie, les autres pas encore. Mais on sent bien que si les choses ne s'améliorent pas", d'autres pourraient suivre, surtout des banques "occidentales", notamment "européennes".

D'autres sources de financement sont toutefois disponibles, a-t-il assuré, notamment en provenance de Chine.

mpa/ih/rhl

TOTAL

NOVATEK

PLUS:hp