NOUVELLES

Kenya: 10 tués, plus de 70 blessés dans une double explosion sur un marché de Nairobi

16/05/2014 09:52 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

10 personnes ont été tuées et plus de 70 blessées vendredi dans l'explosion de deux bombes sur un marché proche du centre-ville de Nairobi, la capitale du Kenya, dont l'une dans un minibus, selon les autorités et des sources hospitalières.

"Dix morts, environ 70 blessés dans les explosions (du marché) de Gikomba", a annoncé le Centre kényan de gestions des catastrophes (NDOC) sur son compte Twitter.

L'hôpital Kenyatta de Nairobi avait plus tôt indiqué avoir reçu huit corps et admis plus de 70 blessés, dont certains "saignant abondamment", a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'établissement, Simon Ithae. "Nous avons besoin de beaucoup de sang", a-t-il ajouté.

14 blessés ont également été admis à l'hôpital Guru Nanak, le plus proche du lieu des explosions. "Trois sont dans un état critique, mais stable", a déclaré à l'AFP le directeur de l'hôpital Ravi Kaul, "la plupart des blessés souffrent de fractures aux bras et aux jambes".

La Croix-Rouge kényane a mis en place un centre de don de sang à l'hôpital Kenyatta.

Les explosions ont eu lieu à l'entrée du marché de Gikomba, situé à quelques centaines de mètres du centre-ville, près d'étals vendant des vêtements d'occasion, selon un photographe de l'AFP qui a vu deux cratères séparés d'une dizaine de mètres seulement.

"La première (explosion a eu lieu) dans un matatu (minibus public) de 14 places, la seconde sur le marché de Gikomba", a annoncé le NDOC sur Twitter.

Selon le photographe de l'AFP, un des deux côtés du "matatu" a été sévérèment endommagé par l'explosion et les vitres du côté gauche du minibus ont été pulvérisées. Il n'a pu déterminer avec certitude que l'explosion était survenue à l'intérieur, un cratère étant visible près du véhicule.

Des étals en bois étaient renversés et des vêtements éparpillés. La puissance de l'explosion a projeté certains vêtements jusque dans les fils électriques.

Le Kenya a été récemment le théâtre d'attentats à la bombe, visant notamment des bus. Début mai, une série d'attaques avait fait sept morts et une centaine de blessés à Mombasa et Nairobi en un weekend.

Le 3 mai à Mombasa, principale ville de la touristique côte kényane, quatre personnes avaient été tuées par une explosion dans un bus arrivant de la capitale kényane. Une bombe avait quasi simultanément explosé à l'entrée d'un hôtel du bord de mer accueillant des touristes étrangers, sans faire de victime.

A Nairobi, le lendemain, des bombes avaient explosé presque en même temps dans deux bus circulant sur une autoroute reliant le centre-ville aux faubourgs du nord-est de la ville, faisant trois morts et 86 blessés.

Plusieurs pays occidentaux ont relevé leur niveau d'alerte sur le Kenya, en raison de "menaces terroristes", déconseillant notamment les déplacements sur la côte kényane.

Deux des plus importants voyagistes britanniques ont entamé jeudi l'évacuation de leurs 400 clients présents sur la côte kényane et annulé jusqu'au 31 octobre leurs vols vers Mombasa.

Le Kenya a été visé par de nombreux attentats depuis l'entrée de son armée en octobre 2011 dans le sud de la Somalie, pour y combattre les insurgés islamistes somaliens shebab.

Le plus spectaculaire, revendiqué par les shebab, reste l'assaut mené en septembre dernier par un commando islamiste contre le centre commercial Westgate de Nairobi, au cours duquel au moins 67 personnes avaient péri.

ayv/mba

PLUS:hp