NOUVELLES

Iran: manifestation pour une application stricte du port du voile

16/05/2014 11:15 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

Un millier de personnes ont manifesté vendredi à Téhéran pour réclamer la stricte application du port du voile islamique dans les lieux publics, a rapporté l'agence Isna.

Ce rassemblement intervient alors qu'une centaine d'Iraniennes ont récemment posté des photos d'elles non voilées sur une page Facebook, s'attirant le soutien de 220.000 personnes.

Environ 1.000 manifestants se sont rassemblés vendredi dans le centre de la capitale, avec pancartes et slogans demandant que les autorités "cessent de répandre le vice" et fassent respecter la loi islamique, en vigueur dans le pays depuis la révolution de 1979, qui oblige les femmes à porter des vêtements amples ainsi qu'un hijab, un voile couvrant les cheveux.

"Dans certaines parties de la ville, on peut constater une violation totale de l'obligation de porter le voile et des vêtements amples", a lancé l'imam conservateur Kazem Sediqi dans un prêche à l'université de Téhéran, peu avant le début du rassemblement.

Des responsables religieux craignent que les Iraniens, en particulier les jeunes, ne délaissent les valeurs islamiques pour se tourner vers un mode de vie plus occidental.

Pour vérifier que les femmes respectent scrupuleusement les règles vestimentaires dans la rue, la police a créé il y a plus d'une dizaine d'années une unité de "moralité" qui n'hésite pas à imposer des amendes ou même à arrêter celles qui bravent la loi.

Mais le président Hassan Rohani, un modéré élu en juin 2013 après avoir fait campagne pour davantage de libertés culturelle et sociale dans la République islamique, a demandé en octobre à la police de faire preuve de tolérance au sujet du voile.

La page "Libertés furtives des femmes en Iran" sur Facebook a été créée le 3 mai avec l'espoir d'instaurer un débat sur la possibilité pour les Iraniennes de choisir de porter ou non le foulard.

Cette initiative n'a pas encore provoqué de réactions du gouvernement.

La semaine dernière, une manifestation avait déjà rassemblé à Téhéran 4.000 personnes venues dénoncer le non-respect, selon eux, du code vestimentaire imposé aux femmes.

mod/adm/faa/vl

PLUS:hp