NOUVELLES

Victoire du Canadien: les partisans envahissent le centre-ville, mais pas de casse (VIDÉO/PHOTOS)

14/05/2014 01:34 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Pas de casse, pas de bagarres, un nombre marginal d'arrestations et beaucoup de «Go Habs Go!». Les partisans du Canadien ont célébré la victoire des leurs contre les Bruins de Boston avec un enthousiasme débordant dans les rues du centre-ville de Montréal.

Dès que le gain du Tricolore s'est confirmé, mercredi soir, les rues de la métropole ont été prises d'assaut par une foule en délire jubilant à l'idée de voir les hommes de Michel Therrien passer au troisième tour des séries éliminatoires.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) était visiblement prêt. Des agents à vélo, à pied et à dos de cheval ont été rapidement déployés aux abords du Centre Bell et dans la rue Sainte-Catherine, où les partisans ont l'habitude de converger après les événements sportifs de cette importance.

L'artère a été fermée à la circulation pendant un certain temps. Quelques véhicules se sont malgré tout retrouvés au milieu de la foule, et ils ont été ralentis par des hordes de partisans déchaînés qui frappaient sur leurs toits, leurs portes et leurs coffres en criant et en chantant le traditionnel «Olé Olé» de la victoire.

Le SPVM a repoussé la foule assez promptement vers les rues perpendiculaires, si bien que la rue Sainte-Catherine a pu être rouverte à la circulation automobile peu avant 23 heures.

Vers minuit, l'escouade antiémeute est intervenue à son tour, repoussant les fêtards qui étaient sur la rue Peel vers le sud. Quelques altercations ont éclaté entre les policiers et des individus et des pièces pyrotechniques ont été lancées.

Peu avant une heure du matin, dans la nuit de mercredi à jeudi, le SPVM signalait cinq arrestations, dont deux pour voies de fait contre des policiers.

Le porte-parole du SPVM, Ian Lafrenière, était visiblement ravi du déroulement de la soirée.

«Je suis satisfait du comportement des gens, mais aussi très satisfait du travail des policiers», a-t-il affirmé, faisant valoir que les agents ont dû composer avec des partisans souvent très éméchés.

Rencontrée au centre-ville alors que les festivités battaient leur plein, Charlotte Latraverse s'est elle aussi réjouie de voir que le tout se déroulait dans la bonne humeur.

«Je trouve que c'est vraiment parfait. On avait peur d'arriver et que ce soit vraiment le bordel, mais finalement, on a été agréablement surpris», a-t-elle lancé.

«Il n'y aurait pas eu de raison de faire de la casse. On a joué un super match. Ça aurait juste été vraiment déplacé en plus de nuire à la réputation de la ville de Montréal», a ajouté la jeune femme.

Un peu plus tôt, Pardeep Mann observait les célébrations et se réjouissait.

«Ça unit tout le monde, a-t-il lancé. Nous sommes ici pour une seule chose: les Canadiens. Ce sont nos héros, ce sont nos joueurs: ils gagnent. C'est plaisant d'être du côté des gagnants. Ça n'arrive pas souvent à Montréal, c'est chouette.»

Le Centre Bell a vibré

L'organisation du Canadien avait invité les partisans à venir regarder le match sur écran géant au Centre Bell, mercredi soir. Ils sont venus en grand nombre.

L'amphithéâtre a vibré comme si le Tricolore avait été sur la glace — en fait, l'équipe n'a vraisemblablement pas besoin d'être à domicile pour remplir le Centre Bell... et les poches des revendeurs de billets.

Les quelque 21 000 laissez-passer pour la présentation de cette ultime partie contre les Bruins de Boston s'étant vendus en l'espace de moins de deux heures, les revendeurs avaient le beau jeu d'en tenter de tirer 50 $ — voire 60 $ — l'unité, alors qu'ils étaient en vente au coût de 10 $ initialement.

La clientèle était au rendez-vous. Des centaines de partisans du Tricolore avaient pris d'assaut la place située sur l'avenue des Canadiens-de-Montréal bien avant la première mise au jeu de cette rencontre décisive.

Éviter les débordements

Avant le début de la rencontre, les agents SPVM étaient très visibles aux alentours du Centre Bell alors que les partisans des Glorieux convergeaient vers la bâtisse du centre-ville pour assister à la diffusion du match.

Il faut dire que le SPVM espérait que les événements du printemps de 2010 ne se reproduiraient pas.

Cette année-là, à l'issue de la victoire du Canadien lors du septième match de sa série face aux Penguins de Pittsburgh — rencontre qui avait aussi été diffusée sur écran géant au Centre Bell —, une émeute avait éclaté au centre-ville. Des casseurs avaient alors brisé des vitrines de commerces et affronté les policiers.

Au cours des dernières années, le SPVM a augmenté la présence policière lors des séries éliminatoires, et déploie de nombreux effectifs autour de la grouillante rue Sainte-Catherine avant et après les matchs — surtout lors de rencontres décisives.

En début de journée, mercredi, l'organisation du Canadien s'était dit confiante que tout se passerait bien.

«En fait, on est plutôt rassuré de voir, jusqu'ici, comment tout s'est bien passé, et à quel point les autorités de la Ville de Montréal ainsi que les forces policières ont vraiment fait un bon travail pour assurer la sécurité des gens, a indiqué Donald Beauchamp. On a bon espoir que tout va se dérouler dans l'ordre des choses et avec beaucoup de sécurité ce soir aussi.»

M. Beauchamp a aussi fait remarquer que les casseurs en 2010 ne faisaient pas nécessairement partie des amateurs qui s'étaient réunis au Centre Bell.

Le Canadien affrontera les Rangers de New York en finale de l'Association Est à compter de samedi après-midi.

INOLTRE SU HUFFPOST

Séries 2014 - Deuxième ronde: Canadien - Bruins