BIEN-ÊTRE

17 faits à savoir sur la dépression

15/05/2014 02:21 EDT | Actualisé 15/05/2014 02:23 EDT
JGI/Jamie Grill via Getty Images

On voit souvent la dépression comme le fait d’être morose, affecté par le temps qu’il fait et comme une phase à traverser.

Vivre et traiter la dépression est toutefois très différent de ce que les gens pensent et tourne autour de rendez-vous chez le médecin, d’humeurs changeantes et pour certains, de pensées suicidaires.

«Malheureusement, bien des gens sont induits en erreur au sujet de la dépression en raison de ce qu’ils voient à la télé ou dans les films ou de ce qu’ils entendent dire», dit le Dr Prakash Masand, psychiatre et président de Global Medical Education à New York.

Au Canada, l’Association canadienne pour la santé mentale estime que près de 8% des adultes vivront un jour une dépression majeure et met en lumière que près de la moitié (49%) des gens souffrant de dépression ou d’anxiété n’ont jamais consulté de médecin à ce sujet.

La raison pourrait en être que les gens méconnaissent les symptômes de la dépression, explique le Dr Masand. Les symptômes les plus courants comprennent des sentiments de culpabilité ou d’inutilité, des changements dans le poids ou l’appétit et des changements dans le sommeil ou encore de l’insomnie. Les autres symptômes incluent la baisse de libido, les maux de tête fréquents et le manque de motivation. Les personnes présentant un ou quelques-uns de ces symptômes ne sont cependant pas nécessairement dépressives. L’autodiagnostic peut être trompeur, et le Dr Masand conseille de demander l’avis d’un professionnel de la santé d’un médecin lorsqu’on pense souffrir de dépression.

La dépression est liée à d’autres troubles comme le trouble bipolaire, la dépression postpartum et la psychose, mais la dépression clinique est la plus courante, selon l’Agence de la santé publique du Canada.

L’information trompeuse qui circule au sujet de la dépression peut mener à la stigmatisation des gens vivant la dépression et qui sont traités. Pour déboulonner les mythes, voici 17 faits que vous ignorez peut-être au sujet de ce trouble de santé mentale.

Ce n’est pas seulement de la tristesse

La dépression, ce n’est pas juste se sentir triste tout le temps, dit le Dr Prakash Masand. Les symptômes de la dépression peuvent comprendre des changements dans l’activité psychomotrice (fonctions cognitives et mouvement physique), de la difficulté à dormir, la perte d’intérêt dans les loisirs, des sentiments de culpabilité ou de désespoir, la perte d’énergie, du mal à se concentrer, des changements au niveau de l’appétit ou dans certains cas, des pensées suicidaires ou tentatives de suicide.

Qui en souffre?

Une personne sur six connaîtra une dépression majeure dans sa vie, dit le Dr Masand. «La dépression majeure affecte 121 millions de personnes à travers le monde et les deux tiers d’entre elles ne reçoivent pas de traitement adéquat.»

Le suicide

Les personnes dépressives sont cinq fois plus susceptibles que les autres de se suicider, nous apprend le Dr Masand. Un rapport de Statistique Canada de 2009 explique que la dépression est la maladie la plus commune parmi les gens qui se suicident et concerne 60% d’entre eux. Cette année-là, 3890 personnes se sont suicidées au Canada.

Ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas vivre votre vie

Obtenir un diagnostic de dépression ne vous empêche pas de vivre votre vie quotidienne ou de demander l’aide d’un professionnel. Qui aurait soupçonné que des vedettes comme Brad Pitt, Oprah Winfrey, Billy Joel et J.K. Rowling ont combattu la dépression?

Ça peut coûter cher

Au Canada, un rapport de 2012 nous apprend que les travailleurs qui s’absentent du boulot pour des rendez-vous médicaux ou pour une thérapie peuvent coûter à leur employeur jusqu’à 18 000$.

Les nouvelles mamans peuvent en souffrir

Selon le Dr Masand, une mère sur dix sera vivra une dépression postpartum. «Ça ne constitue aucunement un défaut ou une faiblesse de caractère. Beaucoup de mères sont susceptibles de connaître des symptômes de dépression ou un baby blues.» Les mères qui pensent souffrir de symptômes de dépression devraient aller chercher de l’aide sans attendre.

Les femmes sont plus sujettes à la dépression

Les femmes sont deux fois plus susceptibles de vivre une dépression que les hommes, dit le Dr Masand. Et bien que la dépression puisse frapper à n’importe quel âge, elle se présente en moyenne à l’âge de 32 ans.

Vous êtes plus susceptible de faire une crise cardiaque

Les patients souffrant de dépression sont aussi plus à risque de faire une crise cardiaque ou une attaque, ajoute le Dr Masand. Les chercheurs ont remarqué que les symptômes de la dépression peuvent nuire à la santé physique et mentale en général.

Ça ne concerne pas seulement les adultes

Un adolescent sur dix vivra un trouble dépressif avant ses 18 ans, précise le Dr Masand. «Comparativement aux adultes, les enfants dépressifs sont plus sujets aux crises de colère, aux plaintes somatiques et à l’isolation sociale.»

Ça ne «disparaît» pas toujours

Si vous suivez un traitement ou prenez des antidépresseurs, le Dr Masand explique que les symptômes ne disparaîtront pas comme par magie en quelques semaines. «La médication prend du temps à agir et un essai de 10 à 12 semaines est nécessaire avant de pouvoir être rétabli», dit-il, ajoutant que la thérapie comportementale cognitive et la psychothérapie interpersonnelle constituent aussi de bonnes options pour atténuer la dépression.

La dépression et le trouble bipolaire, ce n’est pas la même chose

Les gens reçoivent parfois un mauvais diagnostic ou utilisent les deux termes de façon interchangeable. Le Dr Masand ajoute que les professionnels de la santé devraient s’informer des antécédents de manie et d’hypomanie chez un patient, les deux étant des symptômes de bipolarité.

La dépression saisonnière cache parfois plus qu’un peu de tristesse

Plusieurs patients souffrant de dépression saisonnière souffrent d’un trouble bipolaire sans en avoir le diagnostic, raconte le Dr Masand. Une fois encore, on peut mettre la situation au clair en s’informant des antécédents du patient.

L’exercice et le yoga peuvent aider

Des études ont prouvé que l’exercice et le yoga peuvent être bénéfiques aux patients dépressifs, explique le Dr Masand. «Quand vous faites de l’activité physique, vous sécrétez des endorphines, un composé chimique dans le cerveau qui procure une sensation de bien-être.» L’activité physique permet de mieux dormir et plus longtemps, d’améliorer son estime de soi, de réduire son niveau de stress et de réduire la dépression et l’anxiété.

Comment est-ce diagnostiqué?

Aucun test en laboratoire ou scan du cerveau ne permet de diagnostiquer la dépression. Les médecins discutent donc avec les patients de leurs antécédents familiaux, surveillent la présence de symptômes de dépression, et c’est en éliminant d’autres maladies ou conditions qu’ils peuvent conclure à une dépression.

Causes cachées

Plusieurs médicaments comme les stéroïdes et l’isotrétinoïne sont liés à la dépression. Si vous avez récemment commencé à utiliser une nouvelle médication et ressentez des symptômes de dépression, parlez à votre médecin ou pharmacien des effets secondaires possibles de ce médicament.

La résilience est une bonne chose

Les personnes résilientes sont moins susceptibles de développer une dépression. «Nous n’en comprenons pas tout à fait les raisons, mais les gens résilients ont généralement plus confiance en eux et ne se laissent pas démonter par l’adversité», explique le Dr Masand.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les stars qui se sont battues contre la dépression