NOUVELLES

Puma prévoit de passer à l'offensive marketing après le Mondial de football

14/05/2014 05:53 EDT | Actualisé 14/07/2014 05:12 EDT

Le groupe allemand Puma, numéro trois mondial de l'équipement sportif, a fait part mercredi de son intention de lancer au mois d'août "la plus importante campagne publicitaire" de son histoire, nouvelle étape de sa stratégie de reconquête.

"Nous voulons lancer cette campagne lors de la rentrée des classes, une période qui correspond au pic de l'activité de détail dans notre industrie", a déclaré Bjørn Gulden, patron du groupe, durant une conférence de presse téléphonique suite à la publication de ses résultats trimestriels.

"Toutes les régions du monde auront la même campagne, ce qui signifie que nous allons avoir un retour bien supérieur à ce que nous aurons investi dans les médias", a-t-il ajouté, sans toutefois dévoiler les détails financiers et commerciaux de ce plan.

Le groupe compte notamment s'appuyer sur quelques grands noms du sport international, tels que le sprinter jamaïcain Usain Bolt, le footballeur italien Mario Balotelli ou encore le golfeur américain Rickie Fowler.

"L'histoire, c'est que Puma est de retour", a souligné M. Gulden.

Le groupe au félin prend ainsi le contre-pied de ses principaux rivaux, le géant allemand Adidas et l'américain Nike, qui ont depuis plusieurs semaines déployé l'artillerie lourde en terme de communication pour vanter leur produits et ainsi profiter du Mondial de football au Brésil en juin et juillet pour doper leurs ventes.

Adidas, le frère ennemi historique de Puma, vise des ventes à hauteur de deux milliards d'euros sur le seul segment du football cette année.

"Nous devons nous assurer que nous n'éparpillons pas nos dépenses, nous sommes trop petits pour cela, nous devons nous concentrer", a poursuivi le patron du groupe, qui ne communique aucun objectif chiffré pour ce Mondial, dans le cadre duquel il sponsorise huit équipes, dont la Suisse et l'Italie.

Selon lui, "le commerce de détail nous dit qu'il y a un espace pour Puma dans beaucoup de catégories (...) nous croyons que nous pouvons être compétitifs à notre niveau".

En perte de vitesse ces dernières années, Puma, filiale du français Kering, a décidé de se concentrer sur l'idée d'être "une vraie marque de sport" après s'être développé sur le segment de la mode, ce qui s'est illustré par de nouveaux partenariats, avec par exemple le club anglais d'Arsenal FC.

Le groupe a publié mercredi un bénéfice net en recul de 29,2% sur un an au premier trimestre, souffrant comme son compatriote Adidas d'effets de changes défavorables.

bt/oaa/jcp

PLUS:hp