DIVERTISSEMENT

«Michael Kohlhaas», un film sur la révolte pour Arnaud des Pallières (ENTREVUE)

14/05/2014 03:39 EDT | Actualisé 14/05/2014 04:05 EDT
Courtoisie

Adapté d’une courte nouvelle d’Heinrich von Kleist publiée en 1810, le long métrage Michael Kohlhaas d’Arnaud des Pallières met en vedette l’acteur danois Mads Mikkelsen dans un western médiéval où gronde la révolte. Sélectionnée à Cannes en 2013, l’œuvre épurée est le fruit d’un long processus. Le Huffington Post Québec s’est entretenu avec le cinéaste.

Arnaud des Pallières (Adieu, Parc) a découvert à 25 ans le livre d’Heinrich, classique de la littérature allemande. Depuis, l’œuvre elle-même tirée d’une histoire vraie n’a cessé de l’habiter. «L’idée d’en faire un film a muri dans mon esprit, mais le grand respect que je porte à la littérature m’a longtemps empêché de franchir le pas. Intimidé, j’entretenais avec le livre un rapport naïf et sans doute juvénile qui est devenu par la suite plus intime et réfléchi. Je me suis alors intéressé à la figure même du personnage, son héroïsme par rapport à l’iniquité.»

Le long métrage ambitieux qui a déjà connu deux adaptations cinématographiques, celle de Volker Schlöndorff en 1969 et de Milos Forman en 1981, nous transpose en pleine Renaissance, quelque part dans les Cévennes en France. On y fait la connaissance du pacifique Michael Kohlhaas – d’où le titre du film –, un prospère marchand de chevaux, pieux et intègre. Il coule des jours heureux, jusqu’au moment où sa vie va basculer. Victime d'une injustice, il va lever une armée pour reprendre ses droits.

L’injustice n'a pas d’époque

«L’intégrité dont fait preuve le personnage est impressionnante, ajoute le cinéaste. C’est un homme révolté. Il porte en lui l’intuition qu’il existe quelque chose de plus grand que cette société oppressive dominée par quelques privilégiés. Même s’il n’en a pas réellement conscience, Khohlaas est une figure politique. Il croit qu’il se bat pour sa dignité humaine, mais en le voyant agir, nous savons bien qu’il se bat pour nous. Et c’est ce choc que je voulais mettre en scène.»

Le réalisateur a décidé de transposer l’histoire originale en France avec un acteur danois qui ne parle pas le français et qui ne sait pas monter à cheval. «Je ne voyais franchement aucun comédien français jouer la complexité du personnage. J’ai entrepris des recherches en Europe. Après avoir lu le scénario, Mads Mikkelsen a voulu me rencontrer à Copenhague. Son physique, sa manière d’être correspondaient parfaitement au rôle. Il possède ce côté moralement très droit que je recherchais. Le reste, la langue ou monter à cheval, tout s’apprend.»

L’époque chaotique du XVIe siècle peut sembler lointaine. Toutefois, le discours demeure universel. «Je reste convaincu que le film parle d’aujourd’hui. Les injustices n’ont pas disparu avec le temps. Kohlhaas est un héros moderne qui renvoie à des questionnements toujours d’actualités. On a qu’à penser au conflit israélo-palestinien où à trop vouloir obtenir réparation, personne ne s’en sort vraiment.»

L’entrevue a été réalisée grâce à l’invitation des Rendez-vous d’Unifrance.

Michael Kholhass – EyeSteelFilm – Drame historique – 122 minutes – Sortie en salles le 9 avril 2014 – France.

INOLTRE SU HUFFPOST

«Michael Kohlhaas» de Arnaud des Pallières