NOUVELLES

Lac-Mégantic: Thomas Harding possédait plusieurs armes, selon la SQ

14/05/2014 08:51 EDT | Actualisé 14/07/2014 05:12 EDT
Éric Beaupre

La Sûreté du Québec a eu recours au groupe tactique d'intervention pour arrêter le conducteur du train impliqué dans le déraillement de Lac-Mégantic parce que ce dernier était en possession de plusieurs armes et montrait des signes d'instabilité, selon la police.

Lundi, une dizaine d'agents du groupe d'intervention tactique de la SQ se sont rendus au domicile du conducteur de train, à Farnham, pour procéder à son arrestation.

Informées que Thomas Harding, 53 ans, était en possession de plusieurs armes et qu'il montrait des signes de détresse psychologique, les forces policières ont préféré ne prendre aucun risque, a expliqué la Sûreté du Québec mercredi pour justifier le déploiement policier qui a entouré l'arrestation du conducteur de train.

Selon la police, l'homme aurait déjà mentionné à des agents de la SQ qu'il pourrait se suicider. D'autres renseignements indiquaient que M. Harding dormait avec un revolver chargé sous son oreiller.

Après avoir encerclé sa maison, les agents ont sommé Thomas Harding de sortir, ce qu'il a fait sans résistance.

Dans la demeure, les policiers ont saisi plusieurs armes à feu.

Des moyens justifiés, selon la ministre de la Justice

La ministre de la Justice Stéphanie Vallée a indiqué que l'arrestation et la comparution des accusés avaient été autorisées par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) pour des raisons de sécurité.

« Le DPCP a des choix qui lui sont propres. Il y a la sécurité aussi des gens qui sont accusés et il y a des décisions qui ont été prises », a-t-elle affirmé à son entrée au Conseil des ministres, mercredi. 

Mardi, l'avocat de Thomas Harding, Me Thomas Walsh, avait vivement dénoncé la rudesse et les moyens disproportionnés, selon lui, utilisés par les autorités pour arrêter son client, qui n'a aucun antécédent judiciaire et qui a toujours offert sa pleine collaboration aux policiers dans cette affaire.

« C'est tenter de tuer une mouche avec un canon. Ce n'était pas nécessaire. J'imagine qu'on voulait avoir le plus de drame et d'impact médiatique possible. On a non seulement envoyé l'escouade tactique, mais on a aussi utilisé une sirène à haut volume. Et tout le monde a été mis à terre, son fils inclus », a déploré mardi l'avocat de la défense.

Le syndicat québécois des Métallos, qui se porte à la défense de M. Harding, a aussi dénoncé le traitement réservé aux employés de la MMA, dont on veut faire, selon lui, des boucs émissaires dans cette affaire. 

« On trouve ça triste, le spectacle qu'on donne, on fait un jugement populaire. Pendant ce temps-là, le propriétaire est à Chicago dans ses bureaux, et lui, rien ne va l'atteindre », a dénoncé le directeur québécois des Métallos, Daniel Roy. Il estime que le gouvernement fédéral est le premier responsable de la tragédie. « Ils en sont les premiers responsables, ils ont déréglementé l'industrie », a dit M. Roy en entrevue à l'émission 24/60.

47 accusations

Le conducteur du train de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) qui a déraillé le 6 juillet 2013 au centre-ville de Lac-Mégantic, Thomas Harding, ainsi que Jean Demaître, directeur de l'exploitation à la MMA, et le contrôleur ferroviaire Richard Labrie, ont tous été arrêtés lundi et détenus jusqu'à leur comparution mardi, à Lac-Mégantic.

Les trois hommes ainsi que la MMA font face à 47 accusations de négligence criminelle ayant causé la mort. Ils sont passibles d'une peine maximale d'emprisonnement à perpétuité. La compagnie américaine, quant à elle, pourrait écoper d'une forte amende, car on ne peut exécuter un jugement contre une personne morale, selon la loi.

Les accusés ont tous été remis en liberté mardi moyennant plusieurs conditions, dont une caution de 15 000 $, la remise de leur passeport aux autorités et l'interdiction d'exercer un emploi dans le domaine ferroviaire à moins d'être supervisé par un employé qualifié.

INOLTRE SU HUFFPOST

7 points inquiétants sur l’industrie ferroviaire