NOUVELLES

Environ 80 arrestations à l'issue d'une manifestation à Caracas

14/05/2014 05:53 EDT | Actualisé 14/07/2014 05:12 EDT

Environ 80 manifestants ont été interpellés mercredi à Caracas au cours d'incidents survenus à l'issue d'une marche d'étudiants opposés au gouvernement pour exiger la libération de camarades arrêtés ces derniers jours, ont indiqué les autorités à l'AFP.

"Il y environ 80 (personnes) interpellées", a déclaré à l'AFP Manuel Quevedo, commandant de la Garde nationale à Caracas, qui a mené l'opération.

L'ONG Foro penal (Forum pénal) a toutefois comptabilisé de son côté 105 arrestations dont un groupe de mineurs, confiés au Conseil de protection, entité judiciaire qui s'occupe des cas d'enfants ou d'adolescents arrêtés.

Le secteur étudiant mobilisé depuis début février contre le président socialiste Nicolas Maduro avait convoqué une manifestation mercredi dans l'est huppé de la capitale, bastion de l'opposition, pour protester contre l'arrestation de nombreux camarades, notamment lors d'une vaste opération de police la semaine dernière.

Prévue pour se diriger vers les locaux du parquet dans le centre, la manifestation s'est finalement orientée vers les bâtiments d'une agence de l'ONU au Venezuela, dans l'est de la ville, devant laquelle plus de 240 étudiants avaient été interpelés jeudi dernier.

"Le gouvernement joue sur la terreur psychologique. Il y a de moins en moins de monde aux manifestations. L'intimidation a fonctionné", a regretté auprès de l'AFP un participant, qui a préféré garder l'anonymat, après avoir été traduit en justice suite à une précédente marche.

Une fois parvenus à destination, des manifestants ont jeté des pierres et des feux d'artifice sur la façade du ministère du Tourisme, situé à proximité. La police est intervenue en faisant usage de gaz lacrymogènes et a rapidement procédé à des interpellations, avant d'être prise à partie par des riverains aux cris de "Libérez-les !"

Le Venezuela est le théâtre depuis plus de trois mois d'une mobilisation étudiante et d'opposants contestant la gestion du président Maduro, notamment dans le domaine de l'insécurité et de l'économie, dans un pays affichant une inflation de 60% par an et des pénuries constantes.

Les violences en marge de ces manifestations ont fait officiellement 42 morts et plus de 800 blessés, alors qu'environ 150 enquêtes ont été ouvertes pour des accusations de violation des droits de l'homme par les forces de l'ordre.

pc-str/mb/ll/hdz/jeb/ob

PLUS:hp