NOUVELLES

67e Festival de Cannes: robes longues, smokings et déjà des critiques acerbes

14/05/2014 01:31 EDT | Actualisé 14/07/2014 05:12 EDT

Robes longues, smokings et déjà des critiques acerbes. Le 67e Festival de Cannes s'est ouvert mercredi soir avec "Grace de Monaco" pour une première montée des marches glamour, histoire de compenser l'accueil glacial reçu le matin par le film d'Olivier Dahan.

Nicole Kidman, en robe bleu électrique, suivie de Tim Roth en smoking impeccable, sont arrivés peu avant 19h00.

L'actrice australo-américaine a fait le bonheur des fans massés depuis de longues heures devant le tapis rouge en signant de nombreux autographes.

Ils avaient été précédés de l'ensemble du jury emmené cette année par la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion, et qui comprend notamment l'actrice française Carole Bouquet, les réalisateurs mexicain Gael Garcia Bernal ou américain Sofia Coppola.

D'autres personnalités étaient présentes comme l'ancienne maitresse de cérémonie Audrey Tautou, ou l'actrice et réalisatrice française Nicole Garcia, présidente du jury de la Caméra d'or, un prix qui récompense le meilleur premier film présenté sur la Croisette toutes sections confondues.

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, était accompagnée du futur président du Festival de Cannes, Pierre Lescure.

Lui comme tous les invités étaient accueillis en haut des marches par le président actuel, Gilles Jacob, 83 ans, qui tirera sa révérence après cette édition 2014, et par le délégué général, Thierry Frémaux.

La soirée d'ouverture sera animée par l'acteur français Lambert Wilson. Ce sont le réalisateur mexicain Alfonso Cuaron, auteur du succès mondial "Gravity" et l'actrice française Chiara Mastroianni qui déclareront ouverte officiellement cette 67e édition.

Ils assisteront ensuite à la projection de gala de "Grace de Monaco", accueilli très fraichement dans la matinée en projection de presse, les anglo-saxons étant les plus virulents envers un film "qui n'est pas un biopic", a rappelé Olivier Dahan, mais une "fiction inspirée de faits réels".

Le film avait déjà été précédé de plusieurs polémiques, avec les héritiers de Grace qui ont fustigé un détournement de l'Histoire et avec le distributeur américain qui voulait un autre montage pour les Etats-Unis avant finalement qu'un accord soit trouvé.

D'ici le 25 mai, Robert Pattinson, Julianne Moore, Kirsten Stewart, Hillary Swank, Ryan Gosling, Tommy Lee Jones, Catherine Deneuve, Guillaume Canet ou Marion Cotillard fouleront aussi le tapis rouge en compétition ou dans d'autres sections.

La course pour la Palme d'or, remise le 24, débutera ce jeudi avec l'entrée en lice des deux premiers films : "Mr. Turner" du Britannique Mike Leigh et "Timbuktu" du Mauritanien Abderrahmane Sissako.

- Pas assez de femmes -

D'autres cinéastes, déjà récompensés ou pas, seront également en lice comme les Belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, qui tenteront de marquer l'histoire cannoise avec peut-être une troisième Palme d'or pour une nouvelle chronique sociale, "Deux jours, une nuit".

Le doyen Jean-Luc Godard, 83 ans, sera aussi en compétition pour "Adieu au langage", ou encore le petit prodige canadien Xavier Dolan, 25 ans seulement, et aussi le nouveau film du Français Michel Hazanavicius, "The Search", après l'immense succès de "The Artist".

Un autre film attire toute l'attention des festivaliers, le très sulfureux "Welcome to New York", inspiré par l'affaire DSK, signé de l'américain Abel Ferrara, avec Gérard Depardieu.

Le distributeur Wild Bunch qui a évoqué des "pressions" contre le film le projettera bien samedi soir mais pas dans le palais des festivals.

Alors que le film sortira en France uniquement sur des plateformes de vidéo à la demande, il sera présenté dans des cinémas cannois, dans le cadre du marché du film, le plus important au monde.

Lors de la traditionnelle conférence de presse du jury dans l'après-midi, la présidente du jury, Jane Campion, n'a pas donné d'indication sur la manière dont elle envisageait de juger ses pairs.

Elle a en revanche souligné une nouvelle fois le manque criant de femmes dans l'industrie du cinéma. "Les femmes ne sont pas assez représentées" parmi les réalisateurs, a-t-elle dit. "Seulement 7% des films sur les 1.800 films soumis au Festival pour la sélection, sont réalisés par des femmes", a-t-elle rappelé.

Profitant de l'ouverture du festival de Cannes, une centaine de sapeurs-pompiers en uniforme ont manifesté en fin de matinée aux abords du palais des festivals, à l'appel de leur syndicat autonome pour protester contre un projet de modification de leur régime de travail.

A l'aéroport de Nice, les taxis de la Côte d'Azur ont établi des filtrages à l'entrée des terminaux pour montrer leur colère contre les sociétés de véhicules avec chauffeurs (VTC) qui ont renforcé leur présence pendant le festival de Cannes.

da-cal/pjl/phc

PLUS:hp