NOUVELLES

Un site révêle une brève rencontre du pape avec le chef des intégristes

13/05/2014 06:46 EDT | Actualisé 13/07/2014 05:12 EDT

Le pape François a rencontré brièvement en décembre le supérieur de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (intégriste) au Vatican, sans engager de conversation avec lui, a révélé le site de cette communauté intégriste, DICI.

Cette rencontre de "quelques secondes" a eu lieu le 13 décembre 2013, quand le supérieur de la FSSPX, Mgr Bernard Fellay et ses assistants, étaient venus participer à une réunion de la Commission "Ecclesia" Dei (chargée au Vatican de gérer le dossier des relations avec la FSSPX), a précisé DICI, confirmant des informations notamment de l'agence spécialisée sur le Vatican I.Media.

"Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission, avait invité ses interlocuteurs à déjeuner à la salle à manger de Sainte-Marthe", où le pape prend ses repas.

"Mgr Pozzo a tenu à présenter Mgr Fellay au pape au moment où celui-ci quittait la salle à manger. Il y a eu un bref échange où François a dit à Mgr Fellay, selon la formule de politesse habituelle +enchanté de faire votre connaissance+. A quoi Mgr Fellay a répondu qu'il priait beaucoup, et le pape lui a demandé de prier pour lui. Telle a été cette +rencontre+ qui a duré quelques secondes", a précisé DICI, pour dissiper toute idée d'une volonté de rapprochement de sa communauté.

Selon I.MEDIA, les abbés Niklaus Pfluger et Alain-Marc Nély, les deux assistants du supérieur de la FSSPX, ont assisté à une messe du matin célébrée par François à la chapelle de Sainte-Marthe, sans pour autant participer à la concélébration.

DICI a assuré au contraire qu'ils "n'avaient jamais assisté à la messe privée du pape".

Selon Mgr Fellay, "il y a eu une approche +non officielle+ de Rome pour reprendre contact avec nous".

"Je n'ai pas sollicité d'audience (au pape François) comme j'avais pu le faire après l'élection de Benoît XVI. La conservation de la foi et de notre identité catholique traditionnelle reste notre principe premier", a affirmé le prélat schismatique.

Mgr Fellay a critiqué récemment avec virulence les canonisations par le pape François de Jean Paul II et de Jean XXIII, accusant ces deux pontifes d'avoir contribué à "l'autodestruction" de l'Eglise.

Depuis l'élection de François en 2013, le dialogue avec la communauté traditionaliste fondée par Mgr Marcel Lefebvre et qui a rompu avec l'Eglise en 1988, est au point mort.

Aux yeux des intégristes, toutes les ouvertures du Concile Vatican II, de 1962 à 1965, ont été foncièrement mauvaises.

jlv/fka/ml

PLUS:hp