POLITIQUE

Bureaux satellites du NPD: des documents soulèvent de nouvelles questions

13/05/2014 12:23 EDT | Actualisé 13/07/2014 05:12 EDT
CP

À quelques jours d'une rare comparution du chef de l'opposition officielle, Thomas Mulcair, devant un comité parlementaire, de nouveaux documents soulèvent des questions sur les bureaux satellites du Nouveau Parti démocratique à Montréal et à Québec.

Un texte de Daniel Thibeault Twitter Courriel et de Madeleine Blais-Morin Twitter Courriel

En 2011, le NPD avait décidé d'embaucher une dizaine d'employés et d'en couvrir les frais en mettant en commun une partie des budgets de plusieurs députés. À Montréal, ces employés travaillaient dans un bureau loué par le parti, une façon de faire critiquée par les conservateurs et les libéraux.

Le comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre se penche donc sur cette question.

Un rapport de la Chambre des communes préparé à la demande du comité suggère que, lorsque questionné sur le lieu de travail des employés embauchés à Montréal, le NPD aurait indiqué qu'ils travailleraient à Ottawa.

Alors que cette information semble donner des munitions aux conservateurs, qui accusent l'opposition officielle d'utiliser des fonds publics à des fins partisanes, le NPD a fait circuler des courriels qui donnent selon lui une autre version de l'histoire. Selon le NPD, ses communications avec le service aux députés de la Chambre des communes indiquent que le lieu de travail des employés montréalais avait été bel et bien compris.

La question a aussi été étudiée à huis clos par le Bureau de régie interne de la Chambre des communes. Ce dernier a décidé le mois dernier de modifier les règles pour interdire à des employés payés par la Chambre des communes de travailler dans des locaux financés par un parti politique. Le NPD confirme que les employés montréalais ne travaillent plus dans les bureaux du parti, mais a toujours nié avoir contrevenu aux règles.

Mais pour les conservateurs, l'affaire est loin d'être réglée. Le mois dernier, le premier ministre Stephen Harper a sommé Thomas Mulcair de rembourser la somme en jeu. « Je note encore que le chef du NPD n'a toujours pas remboursé aux contribuables du Canada les 3 millions de dollars utilisés pour des bureaux parlementaires à l'extérieur d'Ottawa, ce qui contrevient aux règles de la Chambre des communes. Il est le temps que le chef du NPD fasse la chose à faire. »

Thomas Mulcair répondra aux questions du comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre jeudi et selon son secrétaire principal, il y sera avec plaisir.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quel est le salaire des ex-députés à Ottawa?