NOUVELLES

Wall Street ouvre en hausse, misant sur les fusions-acquisitions

12/05/2014 10:14 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

La Bourse de New York entamait la séance dans le vert lundi, se voulant optimiste malgré des consultations populaires séparatistes à haut risque dans l'Est ukrainien, en raison notamment d'un sursaut dans les fusions-acquisitions: le Dow Jones gagnait 0,66% et le Nasdaq 1,12%.

Wall Street avait fini en hausse vendredi, propulsant son indice Dow Jones à un record historique, de bonne humeur avant le week-end et aidée par le rebond technique de quelques valeurs technologiques. L'indice avait avancé de 0,20%, à 16.583,34 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 0,50%, à 4.071,87 points.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average s'adjugeait encore 110,20 points, à 16.693,54 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 45,51 points à 4.117,38 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'appréciait de 0,71% ou 13,32 points, à 1.891,80 points.

De l'activité dans les fusions-acquisitions permettait au marché de poursuivre sa course vers de nouveaux sommets en début de semaine, et de repousser au deuxième plan de nouvelles inquiétudes sur la situation en Ukraine.

Des séparatistes ont organisé dimanche des référendums d'indépendance dans deux régions de l'Est du pays, qui ouvraient la voie à une partition de l'Ukraine. Ces consultations ont été considérées comme illégales par Kiev et par les Occidentaux. L'Union Européenne a d'ores et déjà décidé lundi d'élargir sa liste de sanctions ciblées contre Moscou.

Mais aux Etats-Unis, l'annonce selon laquelle le groupe alimentaire américain Hillshire Brands allait racheter son compatriote Pinnacle Foods, sur la base d'une valorisation totale de 6,6 milliards de dollars, redonnait de la vigueur à la place financière new-yorkaise.

Dans le secteur pharmaceutique, l'américain Allergan, fabricant du Botox, a de son côté rejeté l'offre de rachat émanant du laboratoire pharmaceutique canadien Valeant, considérant que son offre était sous-évaluée.

"Les fusions-acquisitions devraient continuer à un bon rythme, au vu des avantages en liquidités dont les sociétés disposent ces temps-ci, grâce au prix élevé de leurs actions", a estimé Patrick O'Hare, de Briefing.com.

"Un rebond technique du secteur technologique après son retrait la semaine dernière (de 1,26%) devrait aussi stimuler le marché", ont noté les analystes de Wells Fargo.

Les opérateurs se préparaient en outre à une semaine chargée en indicateurs économiques avec les ventes au détail mardi, l'inflation et les demandes hebdomadaires d'allocations chômage jeudi, sans compter les mises en chantier, les permis de construire et un indicateur sur le moral des consommateurs vendredi.

Le marché obligataire reculait. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans progressait à 2,643% contre 2,623% vendredi et celui à 30 ans à 3,476% contre 3,467% à la précédente clôture.

ppa/sl/bdx

PLUS:hp