NOUVELLES

Ukraine/Russie: Un responsable allemand sceptique sur de nouvelles sanctions

12/05/2014 04:18 EDT | Actualisé 11/07/2014 05:12 EDT

Le secrétaire d'Etat allemand aux Affaires européennes, Michael Roth, a émis des réserves sur l'efficacité de nouvelles sanctions économiques à l'encontre de la Russie, alors que les ministres des Affaires étrangères européens se réunissaient à Bruxelles, dans une interview lundi.

"Si un président s'accommode déjà des effets économiques importants (des sanctions) et ne fait que reporter sur son peuple le poids de ses errements politiques, on doit admettre que des sanctions économiques seules, aussi dures soient-elles, ne conduisent pas forcément au résultat escompté", déclare-t-il au quotidien économique Handelsblatt.

Une réunion de ministres européens des Affaires étrangères se tenait lundi à Bruxelles, qui pourrait déboucher sur de nouvelles sanctions contre la Russie. Une réunion d'experts de l'UE, de Russie et d'Ukraine concernant la sécurité de l'approvisionnement de l'Ukraine et de l'UE en gaz russe était également prévue.

Par ailleurs, M. Roth n'exclut pas la participation de représentants des forces prorusses à une nouvelle réunion internationale concernant le sort de l'Ukraine, une position qui fait écho aux revendications de la Russie à ce sujet.

"Quand un partenaire demande que d'autres viennent s'asseoir à la table (des négociations) alors on doit sérieusement étudier la question", explique le secrétaire d'Etat. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a déclaré lundi qu'il ne voyait pas l'utilité de nouveaux pourparlers internationaux sur l'Ukraine si le dialogue n'est pas engagé avec les représentants de l'est du pays.

"S'il y a une chance d'aboutir à une plus grande implication dans la mise en oeuvre de ce qui a été négocié à Genève, alors il ne faut par principe se fermer aucune possibilité", estime M. Roth, faisant référence à l'accord conclu mi-avril entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne, visant à une désescalade de la crise et au rétablissement de la stabilité politique et économique du pays.

Dimanche, les séparatistes pro-russes du bassin du Donbass (est de l'Ukraine) ont revendiqué un oui massif à l'indépendance, lors d'une consultation qualifiée de "farce" par Kiev et l'Occident.

La crainte des autorités ukrainiennes et des Occidentaux face à ce scrutin est de voir se reproduire un scénario similaire à celui qui a abouti en mars au rattachement de la Crimée à la Russie, plongeant l'Occident et la Russie dans leur pire crise depuis la fin de la Guerre froide.

elr/aro/jh

PLUS:hp