POLITIQUE

Le NPD lance la charge ultime contre le projet de réforme électorale de Stephen Harper

12/05/2014 02:18 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT
AP Files

OTTAWA - À quelques heures des deux derniers votes aux Communes sur le projet de réforme électorale des conservateurs, le Nouveau Parti démocratique (NPD) lance la charge finale.

Après des mois d'opposition et de critiques, le NPD a envoyé lundi un ultime appel aux députés conservateurs de voter contre le projet de loi C-23 du gouvernement.

Depuis quelque temps, les néo-démocrates interpellent certains députés conservateurs directement, mais sans succès jusqu'à maintenant, a avoué lundi le chef du NPD ,Thomas Mulcair.

«Ça n'a pas donné beaucoup de résultats jusqu'à présent. Mais l'espoir continue. Moi, je regarde les gens comme James Rajotte. Je regarde Michael Chong. Je regarde Maxime Bernier. Il y a très peu de gens qui maintiennent un discours sur la liberté comme Maxime Bernier. On va voir s'il est capable de joindre les gestes à la parole», a insisté M. Mulcair.

Le vote sur le rapport du comité qui a étudié le projet de loi C-23 a lieu lundi soir et le vote ultime est prévu pour mardi soir.

Le projet de réforme électorale de Stephen Harper élimine la possibilité pour les citoyens sans carte d'identité avec adresse de pouvoir voter à l'aide d'un répondant qui va attester de leur identité, ou encore d'utiliser la carte d'information des électeurs pour s'identifier et prouver leur adresse. C-23 limite le droit du directeur général des élections (DGE) de communiquer avec le public et, selon le NPD, ne fait que des changements cosmétiques pour contrer la fraude électorale.

Les conservateurs ont refusé une demande de longue date du DGE, soit celui de lui accorder le pouvoir de contraindre des personnes à témoigner et de produire des documents pour mener à terme ses enquêtes.

Pour le NPD, les changements apportés à la loi électorale visent à empêcher des citoyens de voter.

Les néo-démocrates estiment de plus que C-23 vise à permettre aux conservateurs de garder le pouvoir.

«Il s'agit de leur tentative perpétuelle de masquer ce qu'ils font lorsqu'ils trichent lors des élections», a lancé M. Mulcair, en point de presse.

Après avoir refusé pendant des mois de changer ne serait-ce qu'un mot au projet de loi, les conservateurs ont finalement effectué certains amendements.

C-23 est ainsi passé de «très mauvais projet de loi» à «mauvais projet de loi», a dit Thomas Mulcair, qui juge l'effort nettement insuffisant.

Le projet deviendra rapidement loi, puisque le Sénat avait étudié C-23 en parallèle, et y a même suggéré des amendements.

Le projet de réforme électorale avait suscité les critiques non seulement des partis d'opposition mais aussi des DGE actuels et passés ainsi que de l'ancienne vérificatrice générale Sheila Fraser, qui l'a qualifié «d'attaque à notre démocratie».

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper