NOUVELLES

Le Journal des européennes: à J-13

12/05/2014 09:30 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

De jeunes eurocrates pour une autre Europe, les europhobes polonais au seuil du Parlement, le Britannique Farage qui drague l'Italien Grillo, les socialistes néerlandais qui s'en prennent aux "amis" de Geert Wilders, voici le journal des européennes à 13 jours du scrutin.

JEUNES EUROCRATES POUR UNE AUTRE EUROPE

De jeunes fonctionnaires et diplomates en poste à Bruxelles, critiques de l'état actuel de la construction européenne, ont lancé un appel en faveur d'un "nouveau souffle pour l'Europe". Regroupés au sein du collectif "Euro 2030", ces eurocrates souvent trentenaires jugent que "l'Europe n'est pas à la hauteur de ses promesses". "Un cercle vicieux s'est installé entre un déficit exécutif empêchant l'Europe d'agir et un déficit démocratique, qui produit chaque jour plus de rejet et de tension", reconnaissent-ils.

Ils font 50 propositions, parmi lesquelles une "union de l'euro" avec un ministre des finances et une commission dédiée au sein du Parlement européen, un "contrat de travail européen" pour "remettre la solidarité entre les peuples au centre du projet européen".

EUROPHOBES JUSQU'EN POLOGNE

Un parti polonais ouvertement hostile à l'UE pourrait entrer au Parlement européen. Dans un sondage publié lundi, le Congrès de la nouvelle droite (KNP) est crédité de 7% des intentions de vote, dépassant ainsi le seuil d'éligibilité de 5%. Dirigé par Janusz Korwin Mikke, 72 ans, mathématicien excentrique et ancien dissident anticommuniste ultra-libéral, le KNP clame vouloir entrer au Parlement pour "démanteler l'Union européenne de l'intérieur", en dénonçant une "structure pourrie". Parmi ses idées, figurent la suppression des impôts et le rétablissement de la peine de mort.

VERS UNE ALLIANCE UKIP-GRILLO ?

Nigel Farage, le chef du très europhobe Ukip britannique, en tête dans les sondages au Royaume-Uni, courtise les populistes italiens du Mouvement Cinq Etoiles. Dans une interview au quotidien Corriere della Sera, il a jugé "fascinant" son leader Beppe Grillo. "Je le suis de très près, je regarde ce qu'il fait". "Chaque mois qui passe, il devient de plus en plus eurosceptique", a-t-il affirmé. "J'espère qu'après les élections, je pourrai prendre un verre avec M. Grillo, et parler de différentes choses".

Le Mouvement Cinq Etoiles, crédité d'un quart des suffrages, comme lors des législatives de l'an dernier, appelle à un référendum sur le maintien de l'Italie dans l'euro et la fin du Pacte de stabilité qui impose aux Etats de réduire leurs déficits, souvent à coup de coupes dans les dépenses publiques.

LES AMIS DE WILDERS.EU

Alors que le PVV du populiste et islamophobe Néerlandais Geert Wilders caracole en tête des sondages, le parti travailliste (PvdA) a mis en ligne un site intitulé "lesamisdeWilders.eu", pour dénoncer ses amis d'extrême droite. "Geert Wilders va collaborer en Europe et il rassemble un impressionnant groupe d'amis, du Vlaams Belang à la Ligue du Nord: faites connaissance avec ses amis!", invite le site, qui compile des déclarations de différents partis frères en Europe. Le PvdA veut ainsi inviter ses concitoyens à prendre position contre "la haine et la colère grandissante en Europe".

Pour Geert Wilders, principal allié du Front national français, avec lequel il veut former un groupe dans le prochain Parlement européen, il s'agit d'une "tentative désespérée". "Ils sont apeurés et en panique, et avec raison car vu les derniers sondages, le PvdA lui-même n'a plus d'amis, en route vers 0 siège". Les sondages créditent les socialistes d'un peu moins de 10% des suffrages, et trois eurodéputés.

bur-jlb/aje/bir

PLUS:hp