NOUVELLES

Le chef de l'armée chinoise aux USA en pleines tensions en mer de Chine

12/05/2014 06:28 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

Le chef d'état-major général de l'armée chinoise entame mardi une visite de quatre jours aux Etats-Unis, au moment où les différends territoriaux empoisonnent les relations entre Pékin et ses voisins en mer de Chine méridionale.

Selon des responsables américains, le général Fang Fenghui devrait notamment évoquer les tensions entre le Vietnam et la Chine avec son homologue américain, le général Martin Dempsey.

Les deux voisins communistes ont des différends territoriaux de longue date sur les archipels des Paracels et des Spratleys, dont les fonds sont supposés riches en pétrole et qui constituent d'importantes voies maritimes internationales.

Les tensions bilatérales ont fortement augmenté depuis l'annonce début mai par Pékin du déploiement d'une plate-forme de forage pétrolier en eau profonde dans les eaux contestées, un acte décrit par les Etats-Unis comme "provocateur".

Le Vietnam a dénoncé une décision "illégale" et exigé que la plate-forme soit retirée. Hanoï a aussi envoyé des navires dans la région, dont certains, selon lui, ont été attaqués ou harcelés par des navires chinois.

Les Philippines ont également des différends territoriaux maritimes avec Pékin.

La Chine de son côté revendique une souveraineté inaliénable sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale.

Ces velléités territoriales suscitent l'inquiétude en Asie comme à Washington.

D'après le Pentagone, la visite du général Fang est destinée à approfondir les relations entre les deux armées.

Le général Dempsey, qui s'était rendu en Chine l'an dernier, "se réjouit à la perspective de retrouver le général Fang et de continuer le débat sur les façons d'améliorer nos relations", a souligné le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby.

Le général Fang débutera son séjour à la base navale de San Diego, en Californie, où il aura notamment l'occasion de monter à bord du porte-avions Ronald-Reagan, selon le Pentagone.

La Chine montre un intérêt tout particulier envers les porte-avions et dispose elle-même de son premier exemplaire, le Liaoning, que le chef du Pentagone Chuck Hagel avait visité lors de son séjour en Chine en avril.

ddl/gde/jca

PLUS:hp