NOUVELLES

Kiev s'engage à lutter contre la corruption dans le cadre d'un accord avec la Berd

12/05/2014 10:07 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

Le gouvernement ukrainien s'est engagé lundi à lutter contre la corruption dans l'administration dans le cadre d'une initiative lancée avec la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), a annoncé cette dernière.

La signature d'un accord en ce sens avec la Berd et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a eu lieu lors d'une cérémonie à Kiev.

"Nous saluons la détermination du gouvernement ukrainien à s'attaquer à ce problème fondamental, malgré la situation géopolitique hostile dans le pays", a déclaré le président de la Berd, Suma Chakrabarti.

"Combattre la corruption en Ukraine est devenu de plus en plus urgent à cause de l'impact que cela a sur la volonté des entreprises d'investir dans le pays", a insisté la Berd.

Les investissements de la Berd en Ukraine ont augmenté à 1 milliard d'euros cette année contre environ 600 millions lors des deux années précédentes, lors desquelles elle avait décidé de se retirer de projets publics en raison de la corruption.

"La corruption est un fléau qui pèse sur l'économie, grignote la vie politique et sape la démocratie", a martelé Suma Chakrabarti. "Signer cet accord et lancer cette initiative ne va pas mettre fin à la corruption. C'est toutefois un pas important, le premier sur une très longue route", a-t-il ajouté.

Dans le cadre de cette initiative, un service de médiation, financé par des fonds indépendants, va être mis en place en Ukraine pour la première fois. Il sera chargé d'apporter plus de transparence en établissant des rapports publics sur les pratiques dans le monde des affaires.

La signature de cet accord intervient alors que la Berd, institution basée à Londres, tient mercredi et jeudi sa réunion annuelle à Varsovie, lors de laquelle les difficultés économiques des ex-pays du bloc soviétique, dont l'Ukraine et la Russie, accrues par la crise actuelle seront au centre des débats.

Durant cette réunion, qui a lieu 25 ans après la chute du mur de Berlin, les actionnaires de la Berd devront, par ailleurs, décider si la Libye doit devenir membre de la banque et si Chypre doit recevoir des financements temporaires.

La Berd a été fondée en 1991 pour favoriser le passage des pays de l'ex-bloc soviétique à l'économie de marché et intervenait ainsi à l'origine dans les pays d'Europe de l'Est et d'Asie centrale, avant d'étendre récemment ses interventions au sud de la Méditerranée.

bcp-mg/jmi/gg

PLUS:hp