DIVERTISSEMENT

Gala Les Olivier: François Morency ému par Gilles Latulippe (VIDÉO/PHOTOS/TWITTER)

12/05/2014 06:09 EDT | Actualisé 12/05/2014 06:10 EDT

François Morency a retenu deux moments forts de son animation du Gala les Olivier, dimanche. Sa présentation, avec les Denis Drolet, des finalistes dans la catégorie du DVD d’humour de l’année… et son numéro en tandem avec Gilles Latulippe.

«J’ai été le straight man de Gilles Latulippe, s’est extasié François, les yeux brillants, dans la salle de presse, quelques minutes après la tombée du rideau. J’étais à côté de lui et je faisais des blagues de belle-mère. Imaginez… Le gars fait ça depuis 55 ans. Et moi, ma première apparition à la télé, c’était justement avec Gilles Latulippe, en 1990, à l’émission Les démons du midi, qui était enregistrée dans le studio 42 de Radio-Canada, le même studio que les Olivier. D’être avec le même bonhomme, 24 ans plus tard… Je ne l’ai pas dit sur scène mais, intérieurement, ça me faisait quelque chose!»

François Morency a d’autant plus de quoi être fier, puisque Gilles Latulippe n’avait encore jamais accepté de participer à la soirée des Olivier, en 16 ans d’existence de la fête.

«Il avait déjà été approché auparavant, mais il ne voulait pas, a raconté François. Il se sentait insécure, ou il ne pouvait pas, parce qu’il était en Floride. Cette année, je l’ai appelé moi-même. Quand j’ai lancé l’idée à l’équipe du gala, tout le monde m’a dit : “Oublie ça, il ne vient jamais”. Et j’ai répondu : “Fiez-vous sur moi, il va venir!”»

«Je sais qu’il m’aime bien, parce qu’on avait déjà fait des petites capsules à Midi Morency, à la radio, avec lui. Quand on se voyait, c’était toujours agréable. Il a l’humilité d’un grand. Je lui ai dit : “Attendez-vous à avoir un standing ovation”. Il a dit : “Non, non, c’est ta gang, pas la mienne”. Avant le gala, avant qu’il entre sur scène, je le lui ai redit : “Monsieur Latulippe, ils vont se lever. Je vais juste vous présenter, je ne vais pas exagérer… Est-ce qu’on gage 10$?” Et voilà…», a relaté l’hôte du gala, en brandissant fièrement un billet de 10$.

«Je ne le dépenserai pas, a-t-il ajouté en faisant référence au billet. Je vais l’appeler “la belle-mère!”(rires)»

Pas de retour l’an prochain

Par ailleurs, François Morency s’est dit extrêmement satisfait de l’ensemble du gala.

«Tout le monde a scoré, a-t-il relevé. Les présentateurs ont tous été bons. J’avais un bon feeling avant de commencer, mais on ne le sait pas tant qu’on ne le fait pas. Je voulais un show rassembleur et varié, avoir des vétérans et de la relève. On a vu Guy Nantel, les Denis Drolet, Gilles Latulippe et Mariana Mazza dans le même spectacle. Je voulais offrir une vitrine sur les différents styles d’humour qu’on a ici, et pas juste sur mon style à moi. C’est pour ça que j’étais content de faire des numéros en collégialité avec d’autres.»

Celui qui a l’expérience des cérémonies du genre – il a animé trois fois le Gala Artis et plusieurs galas Juste pour rire – n’avait pas l’intention de lire les critiques et de scruter le web, lundi matin, pour savoir ce que tout un chacun a pensé de son travail.

«Je me suis informé de la tendance sur les réseaux sociaux et, à ce qu’on m’a dit, elle était favorable. Pour le reste, je ne veux pas connaitre les commentaires du gars qui ne m’a jamais aimé et qui va se défouler sur un site. C’est la même chose pour les critiques dans les journaux. Je m’informe du courant général. Je trouve que c’est cruel d’aller lire chaque ligne, surtout pour un gala. Un show, je peux comprendre, parce qu’on le refait plusieurs fois et on peut le modifier. Mais, un gala, c’est seulement un soir. On espère donc pour le mieux, et c’est tout.»

Bien qu’heureux de son bilan de l’événement, François Morency ne sera pas de retour derrière le micro des Olivier l’an prochain… À moins qu’il ne monte à l’avant pour remercier les collaborateurs du spectacle qu’il présente depuis quelques mois, Furieusement calme.

«C’était déjà entendu que je le faisais juste une année, a-t-il précisé. Techniquement, je serai en nomination, l’an prochain, pour mon show. Techniquement, du moins! Et il ne peut pas y avoir un animateur qui est quatre fois en nomination, parce que, si tu gagnes, c’a quasiment l’air arrangé et, si tu perds, tu peux avoir la baboune. Donc, à moins que les Olivier ne dérogent à leur règlement… Ils n’ont jamais fait ça, avoir un animateur qui était plusieurs fois finaliste. Donc, à ce que je sache, ce n’est pas moi qui le ferai l’an prochain.»

Finalement, qu’est-ce que le timonier de la célébration avait l’intention de faire en premier lieu, une fois la pression du direct retombée?

«Voir ma copine et lui donner un gros bec, a-t-il lancé spontanément. Je reçois plein d’amour, ce soir, de tous les humoristes dans la salle…»