NOUVELLES

Elections en Inde: Washington salue la "puissance" de la démocratie

12/05/2014 02:57 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

La diplomatie américaine a salué lundi la "puissance" et la "résilience" de la démocratie de l'Inde, à l'issue de législatives qui semblent avoir été remportées par un dirigeant nationaliste hindou un temps interdit de visa aux Etats-Unis.

"Ces élections sont un exemple qui doit nous inspirer sur la puissance du processus démocratique en action", a lancé la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki.

"Les Etats-Unis, comme tant d'autres autour de la planète, ont une grande admiration et du respect pour le dynamisme, la diversité et la résilience de la démocratie indienne", a ajouté la responsable en lisant un communiqué à l'ouverture de son point de presse quotidien.

Elle a encore loué le "rôle crucial de l'Inde pour faire progresser la prospérité, la démocratie et la stabilité dans la région Asie-Pacifique", sans mentionner la Chine que New Delhi se plaît à présenter comme une rivale.

Les électeurs indiens se sont rendus en masse aux urnes avec une participation record de 551 millions d'électeurs aux législatives achevées lundi, les sondages de sortie des urnes donnant une nette victoire au parti nationaliste hindou de Narendra Modi.

M. Modi, candidat du Bharatiya Janata Party (BJP) a été omniprésent au cours de cette campagne, vantant le bilan économique de son Etat fédéré du Gujarat, qu'il dirige depuis 2001.

Mais il divise cependant profondément la population indienne depuis les émeutes qui ont ensanglanté le Gujarat en 2002, l'absence de réaction des forces de l'ordre lui étant largement reprochée. Ces émeutes ont fait plus de 1.000 morts, essentiellement des musulmans.

Le dirigeant hindou a démenti toute erreur, revendiquant l'absence de mise en cause judiciaire.

La porte-parole du département d'Etat s'est refusée à alimenter la polémique qui court depuis des années, lorsque M. Modi avait été interdit de visa d'entrée aux Etats-Unis en 2005, en raison de sa responsabilité présumée dans les émeutes.

"Nous escomptons travailler avec les dirigeants choisis par le peuple indien pour faire avancer cet important partenariat et mettre sur pied un programme ambitieux", s'est contentée de dire Mme Psaki, répétant la position de Washington depuis des mois.

Les deux puissances s'étaient beaucoup rapprochées ces dix dernières années, notamment au plan économique. Les relations diplomatiques se sont toutefois légèrement tendues il y a quelques mois en raison de l'arrestation à New York d'une diplomate indienne.

nr/gde

PLUS:hp