NOUVELLES

Egypte: la police dit avoir démantelé trois groupes "terroristes"

12/05/2014 11:35 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

La police a assuré lundi avoir démantelé en Egypte trois groupes accusés d'avoir perpétré ou planifié des attentats contre les forces de l'ordre, lesquelles mènent une sanglante répression visant les partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée.

Le gouvernement dirigé de facto par l'armée, après qu'elle eut renversé M. Morsi il y a dix mois, assure que plus de 500 personnes --essentiellement des policiers et des soldats-- ont été tuées dans des attentats depuis. Ces attaques sont revendiquées par deux groupes jihadistes, Ansar Beït al-Maqdess et Ajnad Misr, assurant agir en représailles à l'implacable répression qui vise les islamistes, en particulier la confrérie des Frères musulmans de M. Morsi.

"Les efforts de la police ont permis d'arrêter des terroristes membres de cellules qui visaient les forces de l'ordre", a déclaré le ministre de l'Intérieur Mohamed Ibrahim, au cours d'une conférence de presse.

"Trois des principaux leaders et quatre autres membres d'une cellule de Ajnad Misr" ont été arrêtés près du Caire et "ils ont avoué avoir tué des membres de l'armée et de la police dans une série d'attentats, dont un ayant coûté la vie à un général de la police devant l'université du Caire" le 2 avril, a-t-il ajouté.

Ce jour-là, Ajnad Misr avait revendiqué trois attentats à la bombe devant l'entrée principale de l'université.

"Les forces de sécurité ont également découvert et démantelé deux cellules qui planifiaient des attaques contre l'armée et la police", a poursuivi le ministre.

La première était dirigée par un étudiant égyptien qui a combattu en Syrie dans les rangs du groupe rebelle islamiste Ahrar al-Sham et recevait des fonds de Frères musulmans basés au Qatar, a assuré M. Ibrahim. Il a été capturé avec un autre étudiant.

Le chef de la seconde "cellule", qui planifiait aussi des attaques contre des radios et des télévisions au Caire, a été arrêté avec deux complices dont un cadre des Frères musulmans, selon le ministre.

Des vidéos montrant, selon la police, certains de ces suspects avouant leurs appartenance à ces "cellules terroristes", ont été diffusées durant la conférence de presse.

Les attentats visant les forces de l'ordre se sont multipliés depuis que l'armée a destitué le 3 juillet 2013 M. Morsi, seul président jamais élu démocratiquement en Egypte.

Ansar Beït al-Maqdess et Ajnad Misr assurent venger les manifestants islamistes. Policiers et soldats ont tué plus de 1.400 manifestants pro-Morsi depuis le 3 juillet et emprisonné plus de 15.000 partisans du chef de l'Etat déchu. Et des tribunaux ont condamné des centaines d'entre eux à mort dans des procès de masse au terme d'une seule journée d'audience.

ht-tgg/gir/hj

PLUS:hp