NOUVELLES

Chypre salue la décision de CEDH condamnant Ankara pour l'invasion du nord de l'île

12/05/2014 01:30 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

Le gouvernement chypriote a salué lundi une décision de la Cour européenne des droits de l'Homme allouant une indemnisation aux victimes chypriotes grecques de l'invasion turque de 1974 affirmant qu'il attendait d'Ankara qu'elle se conforme entièrement à ce jugement.

La CEDH a accordé 30 millions d'euros aux familles des 1.456 personnes disparues, et 60 millions d'euros aux Chypriotes grecs enclavés dans la péninsule du Karpas, dans le nord-est de l'île, victimes, selon la Cour, de discriminations "avilissantes".

Chypre est "particulièrement satisfaite" de la référence de la Cour au fait que la Turquie "ne s'est pas conformée totalement à la décision de 2001", a affirmé le porte-parole du gouvernement chypriote, Nicos Christodoulides, dans un communiqué.

Il y a treize ans, la CEDH avait reconnu la Turquie responsable de violations massives des droits de l'homme par son intervention militaire en 1974 et la division persistante de l'île.

L'île est divisée depuis 1974, quand l'armée turque a envahi le nord après un coup d'Etat d'ultranationalistes chypriotes-grecs, soutenus par la junte alors au pouvoir à Athènes, qui voulaient rattacher l'île à la Grèce.

"Nous accueillons la compensation financière de 30 millions d'euros pour les préjudices moraux aux proches de personnes disparues", a précisé M. Christodoulides.

"Concernant la compensation de 60 millions d'euros pour les préjudices moraux aux enclavés, les persécutions et difficultés qu'ils ont endurées ne peuvent être quantifiés par des sommes d'argent", a-t-il ajouté.

M. Christodoulides s'est félicité de la nouvelle condamnation par la Cour de la "politique de violation des droits de l'Homme de la Turquie contre les enclavés et de la tentative de modifier la démographie des zones occupées".

"Le gouvernement attend de la Turquie qu'elle se conforme immédiatement (à la décision) en prenant les mesures nécessaires pour stopper l'exploitation illégale et la vente de propriétés de Chypriotes-grecs dans les zones occupées et pour payer les compensations accordées par la Cour", a-t-il enfin indiqué.

Un communiqué des services juridiques du gouvernement a affirmé que les compensations aux familles des disparus et aux enclavés devaient être équivalentes à 50.000 livres sterling (environ 61.300 euros) par personne, précisant que la décision de la Cour était en train d'être étudiée en détails.

cc/srm/faa/hj

PLUS:hp