NOUVELLES

C3 - Séville: Rakitic, chef d'orchestre et chef de meute

12/05/2014 09:26 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

Technique soyeuse et mental de fer, Ivan Rakitic a donné le "la" au jeu du Séville FC cette saison et le milieu croate espère finir en fanfare mercredi à Turin (18h45 GMT) en finale de l'Europa League face au Benfica Lisbonne.

Avec leur capitaine à la baguette, les Sévillans ont franchi tous les obstacles jusqu'à ce grand rendez-vous: une qualification aux tirs au but contre le Betis lors d'un derby étouffant en huitièmes (0-2, 2-0), une folle remontée contre Porto en quarts (0-1, 4-1) et une qualification pour la finale arrachée dans le temps additionnel à Valence (2-0, 1-3).

A chaque fois, Rakitic a été déterminant: sa vista est indispensable dans le jeu et son aura précieuse pour le groupe. Tignasse blonde, buste droit et regard levé sur le terrain, l'international croate (60 sélections) est un milieu technique et endurant, précieux pour ses coups de pieds arrêtés et la finesse de son pied droit.

"Cela n'a pas été facile de renverser la situation contre le Betis, puis contre Porto, puis contre Valence à la dernière minute. Tout cela montre bien l'état d'esprit que nous avons", a déclaré le joueur de 26 ans sur le site internet de l'UEFA. "Tout le groupe a accompli un travail impressionnant et je crois que nous méritons d'être en finale."

De fait, le FC Séville revient de loin: 9e de Liga en fin de saison dernière, le club a bénéficié de sanctions à l'encontre de Malaga (6e) et du Rayo Vallecano (8e) pour être repêché en Europa League, dont il a franchi patiemment toutes les étapes jusqu'à la finale.

- 'J'ai toujours gardé la tête haute' -

Et Rakitic n'est sans doute pas étranger à la mentalité conquérante des Sévillans: le joueur, né en Suisse, a connu déjà bien des épreuves, comme lorsqu'il a choisi de renoncer à la sélection suisse pour porter le maillot de la Croatie, pays d'origine de ses parents, lesquels ont alors fait l'objet de menaces de mort.

Début mai, le capitaine a su remobiliser les siens contre Valence en demi-finale retour de C3 (3-1), alors que Séville était virtuellement éliminé après avoir encaissé un troisième but à 20 minutes de la fin.

"Ce moment n'a pas été facile pour moi parce qu'il me semblait impossible qu'ils mènent déjà 3-0. Mais j'ai toujours gardé la tête haute, je suis resté positif", a-t-il expliqué. Le but libérateur de Stéphane Mbia a ensuite été "un moment inoubliable, qui démontre la force de cette équipe".

Le Croate, auteur de sa meilleure saison (12 buts et 10 passes décisives en Liga) depuis son arrivée à Séville en 2011, a beau être convoité par de grosses écuries européennes, il reste concentré sur un seul objectif: offrir au Séville FC une troisième C3, sept ans après.

"Je crois que l'Europa League 2014 peut terminer comme celles de 2006 et 2007. Nous savons tous ce que cela signifie pour le club et pour le public, a fait valoir Rakitic. Nous avons une confiance maximale et c'est normal. Si une équipe peut arriver jusqu'en finale, elle peut la gagner."

jed/jcp

PLUS:hp