POLITIQUE

Autochtones et Non-Autochtones : l'écart persiste au Canada

12/05/2014 02:15 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT
PC

Après avoir visité le Canada durant l'automne, le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits des peuples autochtones est peu impressionné par les initiatives canadiennes.

Dans un rapport présenté lundi, James Anaya reconnaît les efforts déployés par le gouvernement canadien, mais affirme que l'écart entre le bien-être des Autochtones et des Non-Autochtones au Canada n'a pas rétréci depuis la dernière visite d'un rapporteur, en 2004.

Il remarque que les problèmes relatifs aux revendications des Premières Nations demeurent « non résolus de façon persistante », que les femmes autochtones demeurent sujettes aux sévices et qu'il semble y avoir, au sein des peuples autochtones, de hauts niveaux de méfiance envers les gouvernements fédéral et provinciaux.

Le ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord canadien (AADNC), Bernard Valcourt, déclare que son ministère va « étudier ce rapport avec la plus grande attention afin de déterminer quelle est la meilleure façon de suivre les recommandations ». « Notre gouvernement est fier des mesures progressives et efficaces mises de l'avant en partenariat avec les collectivités autochtones. Nous sommes résolus à poursuivre notre travail avec nos partenaires afin d'améliorer de façon marquée la qualité de vie des Autochtones au Canada », ajoute le ministre.

Au bas de l'échelle

Selon James Anaya, « la manifestation la plus évidente des problèmes de droits de la personne au Canada, ce sont les conditions socio-économiques désolantes des peuples autochtones dans un pays hautement développé ». Utilisant les chiffres d'AADNC, l'Onusien note que « les statistiques sont frappantes : sur les 100 collectivités canadiennes qui se trouvent au bas de l'échelle de l'Indice de bien-être, 96 sont des Premières Nations, et seule une Première Nation se trouve dans le top 100 ».

Selon M. Anaya, il ne semble pas que le Canada ait consacré plus de ressources aux services sociaux pour les peuples autochtones. Il cite un rapport du vérificateur général du Canada, qui, en 2011, avertissait le fédéral que son manque d'investissement adéquat empêchait l'amélioration des conditions de vie dans les réserves.

L'Onusien prend note de l'accord de financement de 1,9 milliard de dollars additionnels pour l'éducation. Il remarque toutefois qu'il n'est pas clair à quel point les Premières Nations ont été suffisamment consultées, un point de litige qui a donné lieu à de l'opposition au pays depuis février dernier.

Ottawa a d'ailleurs annoncé qu'elle mettait sa réforme de l'éducation des Premières Nations en veilleuse la semaine dernière.

Financement, consultation et enquête nationale

M. Anaya recommande au Canada de mieux financer les services aux Autochtones à l'intérieur des réserves et hors de celles-ci, qu'il s'agisse de la santé, de l'éducation, du bien-être des enfants ou du logement.

Il recommande aussi la tenue d'une enquête globale et nationale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées, une avenue qu'Ottawa refuse d'emprunter.

Selon le rapporteur, Ottawa devrait aussi accroître la capacité des Autochtones à s'autogouverner, les consulter davantage et s'activer pour régler ses litiges territoriaux avec les Métis en un seul bloc, plutôt qu'en causes judiciaires séparées.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

Les Premières nations manifestent à Ottawa