NOUVELLES

Sécurité: "destins liés" entre l'Afrique et l'Europe (ministre français)

11/05/2014 09:58 EDT | Actualisé 11/07/2014 05:12 EDT

L'Afrique, la France et l'Europe ont des "destins liés" en matière de sécurité parce que "le terrorisme est une menace globale", a affirmé dimanche à Dakar le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

"Le terrorisme en Afrique est une menace globale. Si nous sommes intervenus au Mali, c'est pour assurer la sécurité du Mali et au delà, la sécurité de l'ensemble de la sous-région mais aussi notre propre sécurité. La sécurité du Mali, c'est la sécurité de l'Afrique de l'Ouest et de la France, c'est aussi la sécurité de l'Europe", a déclaré M. Le Drian devant la presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue sénégalais Augustin Tine.

"On a découvert dans nos opérations (au Mali) plusieurs centaines de tonnes d'armements dont la vocation, apparemment, n'était pas de se limiter à la prise de Mopti (centre du Mali). Nos destins sont liés", a ajouté le ministre français.

Le 11 janvier 2013, la France avait déclenché une opération au Mali, prenant la tête d'une intervention de plusieurs troupes africaines, pour stopper les islamistes qui avaient entrepris de progresser vers le Sud.

Le ministre a qualifié d'"horrible" l'enlèvement de plus de 200 lycéennes au Nigeria par le groupe islamiste Boko Haram.

Ces lycéennes ont été enlevées le 14 avril dans la ville de Chibok, dans l'Etat de Borno (nord-est). Ces jeunes filles sont traitées en "esclaves", "vendues" et "mariées" de force, avait déclaré le chef de Boko Haram dans une vidéo obtenue le 5 mai par l'AFP.

"Qu'il puisse y avoir des risques (de propagation des actions de Boko Haram), sans doute. C'est aussi l'une des raisons qui expliquent notre intervention en République centrafricaine parce que s'il y a quelque part un vide sécuritaire, alors tous les terrorismes peuvent y trouver un creuset de développement", a-t-il poursuivi.

La France mène depuis le 5 décembre une opération de pacification de la Centrafrique, depuis plus d'un an en proie au chaos et à des violences entre communautés.

Le ministre français de la Défense devait ensuite rencontrer le président sénégalais, Macky Sall, avant de visiter les militaires français au Sénégal (EFS), basés à Dakar.

M. Le Drian, qui était vendredi et samedi à Abidjan, doit quitter Dakar lundi.

mrb/sba

PLUS:hp