DIVERTISSEMENT

Gala Les Olivier: Louis-José Houde est le favori, avec 7 nominations

11/05/2014 05:39 EDT | Actualisé 11/07/2014 05:12 EDT
Agence QMI

MONTRÉAL - Le 16e gala Les Olivier a remis l'Olivier de l'année à Sugar Sammy pour une deuxième année consécutive et récompensé une brochette variée d'humoristes québécois, dimanche soir.

Louis-José Houde, André Sauvé et l'émission Infoman ont peut-être une raison de plus de fêter, eux qui ont tous été de multiples lauréats.

Le spectacle «Être» d'André Sauvé a signé trois victoires: celles du meilleur spectacle, de l'auteur et de la mise en scène (par Josée Fortier).

Louis-José Houde, qui avait une longueur d'avance avec sept nominations, s'est vu décerner l'Olivier du meilleur DVD d'humour pour «Le Show Caché 2», et celui du spectacle d'humour le plus populaire pour «Les heures verticales».

Durant ses remerciements, M. Houde a affirmé que sa page Facebook comptait 892 fans qui s'appellent Mélanie et il a formulé un souhait: atteindre 1000 Mélanie pour les inviter à la cabane à sucre.

«Sortie à la cabane à sucre 2015. Je rêve d'aller à la cabane à sucre avec 1000 Mélanie», a-t-il rigolé.

Si Infoman a obtenu un score parfait — deux prix en deux nominations, dans les catégories série humoristique et spécial humoristique à la télévision — ce sont peut-être tous les humoristes qui se sont félicités alors que Martin Petit montait sur la scène pour récolter le trophée de la comédie télévisée, pour l'émission «Les Pêcheurs». La comédie, dont il est l'auteur, met en scène des humoristes et comédiens différents à chaque émission, et il a pris le temps de tous les nommer.

C'est grâce à son émission «Ces gars-là», diffusée sur les ondes de V télé cette année, que Sugar Sammy a su se faire remarquer pour remporter l'Olivier de l'année. Ce prix lui a été remis par Gilles Latulippe, un maître-conteur qui a été fortement influencé par Olivier Guimond, qui donne son prénom aux trophées.

«À la semaine prochaine», l'émission de radio humoristique diffusée à Ici Radio-Canada Première animée entre autres par Philippe Laguë, Pierre Verville, Pierre Brassard et Michèle Deslauriers, a été récompensée pour la troisième année consécutive. Elle a notamment défait ses collègues de «La soirée est (encore) jeune» et l'émission du matin de CKOI, «Debout les comiques!».

François Bellefeuille était nommé à deux reprises et il est reparti avec un seul prix, pour son numéro «Les journées de fête». Durant un discours très drôle, comme la plupart de ceux qui ont été livrés durant la soirée, par ailleurs, il a remercié ses chats qui continuent d'aller dans leur litière malgré qu'il soit de plus en plus absent.

Jonathan Roberge a créé une capsule «Fiston» présentée durant le gala pour expliquer le métier de metteur en scène de spectacle d'humour. C'est également lui a gagné dans la catégorie Capsule, sketch ou chronique humoristique dans un nouveau média.

La soirée, animée pour une première fois par François Morency, a sans doute été décevante pour Guy Nantel, lui qui était le troisième favori, après Houde et Sauvé, avec ses trois mentions. Même vêtu d'un chandail du Canadien, il est reparti bredouille, sans les trophées du spectacle, de l'auteur et de la mise en scène. Même résultat pour Boucar Diouf, Adib Alkhalidey, Laurent Paquin et Philippe Laprise, chacun deux fois finalistes.

Pas de politique

La soirée a été dénuée de tout discours politique ou d'appels au soutien, tel qu'on en entend souvent, par exemple à l'ADISQ ou aux Jutra. Ou si peu. Le seul commentaire à connotation politique, s'il en est, a fait référence aux coupes budgétaires qui toucheront Radio-Canada, diffuseur du gala dimanche. M. Morency a en effet souligné que les caméramen du gala portaient des chemises blanches en signe de solidarité pour leurs collègues qui perdent leurs emplois en raison de ces coupes.

«Merci pour votre compétence», leur a-t-il lancé.

Le volet politique a tout de même eu sa place au soleil, le traditionnel «Comique malgré lui» étant remis cette année au maire de Québec Régis Labeaume, pour sa «conférence-pizza». Les finalistes de cette catégorie étaient sélectionnés par Jean-René Dufort et l'équipe d'Infoman. Les comiques accidentels de 2012 et 2013 étaient Jean Charest et Nicolo Milioto, respectivement.

Le gala s'est plutôt tourné vers l'une des spécialités des humoristes: l'autodérision. Que ce soit l'animateur, qui s'est prêté aux coups droits des Denis Drolet ou qui a imité la sensation YouTube du chat déguisé en requin sur un aspirateur, ou encore Mariana Mazza et Virginie Fortin qui ont encaissé un gag sur leur statut d'humoristes de la relève (tout en prenant soin d'écorcher les anciens au passage), chacun a fait rire de lui et a bien taquiné son voisin. Même le chanteur Vincent Vallières, critiqué l'année dernière pour une chanson sur la ville de Fermont, a participé à un numéro avec François Morency, qui l'avait imité durant le Bye Bye 2013.

Guy Nantel a aussi pris soin de se traiter de «gros con», en faisant référence à l'une de ses vidéos, devenue virale sur Internet ce printemps. «Si tu fais des vox-pops en gardant juste les mauvaises réponses dans ton montage, tu es un gros con.»

La relève a également eu sa place : outre les Mazza et Fortin, Dominic Massicotte du duo les Pic-Bois et Daniel Savoie, alias le hockeyeur Patrice Lemieux, ont présenté des prix. La très convoitée catégorie Découverte a récompensé Simon Leblanc.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les meilleurs tweets des Olivier 2014
Gala Les Olivier 2014: les gagnants de la soirée