NOUVELLES

Côte d'Ivoire: la "sécurisation atteinte", selon le ministre français de la Défense

10/05/2014 12:47 EDT | Actualisé 10/07/2014 05:12 EDT

La sécurisation de la Côte d'Ivoire, trois ans après la fin de crise postélectorale de 2010-2011, "est atteinte", a estimé samedi à Abidjan, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

"Aujourd'hui, nous pensons que la sécurisation du pays est atteinte", a déclaré M. Le Drian après une séance de travail avec son homologue ivoirien Paul Koffi Koffi, au deuxième jour de sa visite en Côte d'Ivoire.

Selon lui, l'"effort engagé singulièrement depuis trois ans" par les forces françaises de l'opération Licorne "pour assurer la sécurité et l'intégrité du territoire est en bonne voie".

Le ministre français qui été reçu vendredi par le président ivoirien Alassane Ouattara a également annoncé que la Force Licorne déployée depuis 2002 s'appellerait désormais "les forces françaises en Côte d'Ivoire" ayant pour vocation de mener des missions à l'extérieur à l'instar du contingent prépositionné à Djibouti.

L'effectif de la Force française en Côte d'Ivoire passera "de 500 à 800 hommes dès le 1er janvier 2015", a-t-il précisé.

Le président ivoirien a salué "une coopération militaire exemplaire entre la France et la Côte d'Ivoire", soulignant que le nouvel accord de partenariat de défense, signé en 2012, entre les deux pays, voté et ratifié par l'Assemblée nationale française et récemment par le Sénat en France sera "examiné dans les toutes prochaines semaines par les députés ivoiriens".

Les deux pays sont aussi convenus de lutter contre "l'insécurité maritime" en Côte d'Ivoire où un pétrolier français avait été attaqué par des pirates en février 2012 au large d'Abidjan, la troisième attaque du genre visant le pays.

La piraterie en mer s'est développée ces dernières années dans le Golfe de Guinée.

La Côte d'Ivoire a retrouvé le calme trois ans après les violences postélectorales de 2010-2011, qui avaient ponctué une décennie de crise politico-militaire dans le pays. Plus de 3.000 personnes avaient péri en cinq mois.

Jeudi, M. Le Drian a indiqué que 3.000 soldats français allaient être mobilisés dans la "bande sahélo-saharienne" pour lutter contre le terrorisme, dans le cadre d'une réorganisation du dispositif militaire au Mali.

Le ministre français, après la Côte d'Ivoire, doit se rendre samedi au Sénégal où l'hexagone dispose d'une base de 350 hommes.

ck/eak/jmc/sba

PLUS:hp