NOUVELLES

Rallye du Portugal - Latvala et Ogier font le trou

09/05/2014 04:42 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

Un duel entre le Finlandais Jari-Matti Latvala et le Français Sébastien Ogier se profile pour la victoire finale au Rallye d'Argentine, les autres concurrents étant nettement distancés vendredi à l'issue de la première journée.

Latvala a bouclé la 5e spéciale avec une avance de 18 secondes sur Ogier, son coéquipier chez Volkswagen et leader du championnat du monde.

Les deux Polo ont creusé un écart conséquent sur leurs poursuivants, qui semblaient avoir adopté une stratégie plus prudente.

L'Ecossais Kris Meeke a placé la Citroën DS3 en 3e position, avec plus d'une minute de retard sur Latvala.

Le Gallois Elfyn Evans (Ford Fiesta RS) s'est emparé de la 4e place à près de 4 minutes du premier.

Les deux Britanniques font un bond au classement, profitant des ennuis mécaniques dans la dernière spéciale de vendredi du Norvégien Andreas Mikkelsen (Polo, 3e avant la dernière spéciale) et de la Hyundai du Belge Thierry Neuville (4e).

Dans la spéciale N.2 (ES2), annoncée cassante, la DS3 du Norvégien Mads Ostberg, alors en 2e position, a heurté une pierre et s'est immobilisée avec une roue arrachée. Peu avant, c'est le Finlandais Mikko Hirvonen qui avait dû renoncer.

Le Polonais Robert Kubica, ancien pilote de Formule 1, se hisse à la 5e place. Champion du monde 2013 de WRC2, il a l'occasion en Argentine de marquer ses premiers points cette saison, après plusieurs abandons.

-"Les dégâts attendus"-

Pénalisé vendredi car il ouvrait la route, Ogier semblait en mesure de refaire son retard sur Latvala. Les mécaniciens de Volkswagen devront résoudre un problème puisqu'à la fin de l'ES5, le champion du monde s'est plaint d'une anomalie sur une roue arrière.

Comme ils se sont partagé les victoires depuis le début de la saison -Monte-Carlo, Mexique, Portugal pour le Français, Suède pour le Finlandais-, Ogier (ES1, ES2, ES4) et Latvala (ES3, ES5) ont dominé de la tête et des épaules les cinq premières spéciales, longues (27 et 52 km) et éprouvantes pour la mécanique.

"Cette spéciale (ES2) a fait les dégâts attendus", a estimé Didier Clément, ingénieur en charge de l'exploitation des Citroën DS3 WRC, qui ne savait pas si Ostberg pourrait reprendre la course après réparation.

Citroën place désormais ses espoirs en Kris Meeke. "Lui et nous sommes capables d'aller plus vite, mais le but c'est d'arriver au bout" du rallye, a poursuivi l'ingénieur de Citroën-Racing.

Samedi les concurrents devront se mesurer sur un terrain plus montagneux, dans la vallée de Calamuchita.

ap/jta/ep

PLUS:hp