NOUVELLES

Cameroun: libération d'un ancien ministre incarcéré depuis 15 ans pour corruption

09/05/2014 06:16 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

Un ancien ministre camerounais, Pierre Désiré Engo, également ex-patron de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS, sécurité sociale), a été libéré jeudi soir après 15 ans de détention pour corruption, a indiqué à l'AFP son avocat, Me Pierre Alexis Bayebec.

"M. Engo a été libéré hier soir (jeudi). Il a bénéficié du décret présidentiel du 18 février dernier, accordant la grâce à certains prisonniers", dont le Français Michel Atangana, libéré le 25 février après 17 ans de détention, a déclaré l'avocat.

"La mesure présidentielle ne lui a pas été appliquée dans l'immédiat parce qu'il était détenu pour une autre cause", a expliqué M. Bayebec.

Selon lui, M. Engo est resté en prison à cause d'un mandat de détention décerné contre lui, en 2005, dans le cadre d'une autre affaire pour laquelle l'intéressé est poursuivi pour le détournement présumé de 25 milliards de FCFA (38,1 millions d'euros).

Mercredi, le tribunal criminel spécial (TCS) qui a engagé l'instruction de cette affaire a levé ce mandat et ordonné un complément d'enquête pour faire la lumière sur ce dossier.

"Après cette décision du TCS, il n'y avait plus d'obstacle pour que mon client bénéficie de la grâce présidentielle", a expliqué Me Bayebec.

Ancien ministre de l'Economie et du Plan sous Ahmadou Ahidjo, le premier président camerounais, Engo devint un homme puissant du régime de Paul Biya, le successeur de M. Ahidjo.

Il fait partie de la première vague de dignitaires du régime de M. Biya a avoir été arrêtés pour malversations.

Après avoir dirigé pendant 16 ans la Cnps, important organisme public, il avait été demis de ces fonctions de directeur général de cette société en 1999, avant d'être arrêté la même année.

Depuis, il a été condamné a des peines de prison dans trois affaires distinctes. En 2006 par exemple, il s'était vu infliger une peine de 15 ans de prison pour le détournement de 827,355 millions de francs (1,2 million d'euros).

Le 17 mars, il a comparu au TCS pour une nouvelle affaire dans laquelle la justice soutient qu'une somme de "250 millions de FF (25 milliards de francs)" avait été virée le 19 mai 1999 sur un compte bancaire à Paris, ce que contexte son avocat.

"Nous disposons des documents de la banque selon lesquels il n'y a jamais eu un virement de ce montant dans ce compte", assure Me Bayebec.

Un ancien ministre camerounais, Henri Engoulou, détenu depuis 2010 pour une affaire de détournement de fonds publics, est décédé jeudi à Yaoundé de maladie.

M. Biya a créé en 2012 le TCS, chargé de juger des personnes suspectées d'avoir détourné des sommes au moins égales à 50 millions de francs CFA (76.000 euros).

Lancée en 2006 sous la pression des bailleurs de fonds, l'opération anti-corruption "Epervier" a déjà abouti à l'arrestation de nombreuses personnalités, dont des ex-ministres et dirigeants d'entreprises publiques.

Toutefois, les accusés ont souvent affirmé être victimes de règlements de comptes politiques.

rek/mc/jpc

PLUS:hp