NOUVELLES

Séries 2014: les Bruins l'emportent 1-0 en prolongation contre le Canadien

08/05/2014 10:29 EDT | Actualisé 08/07/2014 05:12 EDT
Francois Lacasse via Getty Images
MONTREAL, QC - MAY 8: Carey Price #31 and P.K. Subban #76 of the Montreal Canadiens defend the goal against Milan Lucic #17 of the Boston Bruins in Game Four of the Second Round of the 2014 Stanley Cup Playoffs at the Bell Centre on May 8, 2014 in Montreal, Quebec, Canada. (Photo by Francois Lacasse/NHLI via Getty Images)

MONTRÉAL - Les Bruins de Boston n'ont pas eu à jouer du hockey de rattrapage, jeudi. Ni trop longtemps en prolongation. Rappelé en matinée, Matt Fraser a joué les héros en soirée, permettant aux Bruins de créer l'impasse 2-2 dans la série contre le Canadien grâce à une victoire de 1-0 au Centre Bell.

Fraser a fait glisser du revers dans le but la rondelle qui se trouvait derrière Carey Price, à 1:19 du surtemps.

Le disque avait fait un bond bizarre dans la baie vitrée derrière le but, et Carl Soderberg avait pu obtenir le tir initial.

Les Bruins tenaient mordicus à ne pas se retrouver en recul 3-1 dans la série. Parce que dans l'histoire de la rivalité entre les deux équipes, jamais, en sept occasions, ils n'étaient parvenus à combler un tel retard.

«C'est indescriptible, les mots me manquent, a lancé Fraser, la voix éraillée. C'est quelque chose que je souhaite à tous les jeunes joueurs de vivre. J'aimerais me rappeler de ce qui s'est passé, mais c'est flou.

«Je n'ai presque pas dormi aujourd'hui et je suis sûr que je vais avoir de la difficulté à trouver le sommeil ce soir.»

Le jeune ailier gauche âgé de 23 ans a fait passer l'entraîneur Claude Julien pour un génie.

«Le mérite revient à notre directeur général (Peter Chiarelli). C'est lui qui l'a rappelé», a précisé Julien.

«Il a livré un bon match, avec Soderberg et Loui Eriksson, a-t-il ajouté. Avant la prolongation, nous disions combien il avait été bon et il n'était pas question qu'il saute son tour.»

Le Tricolore a connu ses meilleurs moments en troisième période, mais il n'a pas été capable de déjouer Tuukka Rask (33 arrêts). Carey Price a été déjoué sur le 35e lancer auquel il a fait face.

La série se transporte à Boston, où le cinquième affrontement aura lieu samedi soir.

«Ç'a été un match chaudement disputé, une véritable guerre de tranchées, a commenté l'entraîneur du CH Michel Therrien. Ç'a aurait pu aller d'un bord ou de l'autre. Les deux équipes étaient très bien préparées. Je suis satisfait de l'effort que nous avons fourni.»

Prudence, prudence

Les deux premières périodes ont été les plus équilibrées de la série, mais les moins rythmées et les premières sans but en temps réglementaire.

On jouait de prudence, surtout les Bruins qui ne voulaient pas se retrouver en retard au score, comme ça leur était arrivé dans les trois premiers duels. C'était comme si la prolongation était commencée.

Jusque-là, la meilleure occasion de marquer avait été celle de Soderberg dans la dernière minute de jeu du premier vingt. Une mauvaise passe arrière de P.K. Subban derrière son but a pavé la voie au tir sur la barre horizontale du jeune Suédois. Price a joué de chance, l'ouverture était béante.

Au début, Max Pacioretty a été ébranlé par une mise en échec de Jarome Iginla. Il a raté quelques présences, avant de poursuivre.

Price a été plus occupé que Rask en première, les Bruins ayant le meilleur 13-10 dans les tirs.

Rask a réalisé son plus bel arrêt face à Michaël Bournival.

Au retour pour la deuxième, les Bruins ont intensifié leurs efforts et vite ils ont mis Price à l'épreuve sept fois.

Ils ont obtenu le premier jeu de puissance de la soirée, Subban étant puni à 7:05, mais ils n'ont guère été menaçants.

Le Tricolore a par la suite eu sa chance en attaque massive, mais il n'a pas créé grand-chose non plus. Pacioretty, sur réception de la passe de Thomas Vanek, a tiré trop haut.

Plus tard, Brian Gionta a pu s'échapper, mais Rask a résisté à son revers.

Après deux tiers, les Bruins détenaient l'avance 25-19 au chapitre des lancers.

En troisième, le Canadien a pesé sur l'accélérateur à l'attaque. Gionta a failli marquer même quand les Bruins ont pu déployer un jeu de puissance, à la huitième minute. Quelques instants plus tôt, Reilly Smith avait vu son tir frapper le poteau à la droite de Price.

Rask a dû repousser 14 lancers, avec comme résultat que les hôtes possédaient légèrement l'avance 33-32 à la fin du temps réglementaire.

INOLTRE SU HUFFPOST

Séries 2014 - Deuxième ronde: Canadien - Bruins