NOUVELLES

Ukraine: Steinmeier salue "le ton constructif" du président Poutine

08/05/2014 02:18 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a salué jeudi "le ton constructif" du président russe Vladimir Poutine qui a demandé aux régions prorusses de l'est de l'Ukraine de reporter leur référendum de dimanche.

"Je salue le ton constructif qu'a affiché le président Poutine après sa rencontre avec le président de l'OSCE, Didier Burkhalter", a souligné le ministre, cité dans un communiqué, appelant à la mise en oeuvre "immédiate de ce qui a été discuté à Moscou".

"Nous sommes peut-être à un moment décisif", a estimé M. Steinmeier. "La situation est très critique mais il existe encore une chance que nous parvenions par des moyens diplomatiques à éviter une nouvelle escalade de la violence et la perte totale de contrôle dans l'est de l'Ukraine".

Recevant mercredi à Moscou le président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le Suisse Didier Burkhalter, le président russe a demandé aux régions pro-russes de l'est de l'Ukraine de reporter le référendum de dimanche. En échange, il a enjoint "les autorités de Kiev d'arrêter immédiatement toutes les opérations militaires et punitives dans le sud-est".

Les séparatistes prorusses doivent faire part jeudi de leur décision sur un report du référendum prévu le 11 mai sur la "déclaration d'indépendance" de la république autoproclamée de Donetsk.

Par ailleurs, le président du Parlement européen et candidat socialiste à la présidence de la Commission européenne, l'Allemand Martin Schulz, s'est félicité des propos du président russe. "Nous devons utiliser le moindre signe de détente", a-t-il estimé dans le quotidien régional "Kölner Stadtanzeiger".

Le responsable des questions russes au sein du gouvernement Merkel, Gernot Erler, s'est lui-aussi félicité du changement de ton du Kremlin. "Il y a effectivement un signe d'apaisement à l'adresse des séparatistes. Et il y a un message clair montrant qu'une solution négociée a aussi les faveurs de la partie russe", a-t-il souligné dans une interview à la chaîne publique allemande ZDF.

elr/aro/ros

PLUS:hp