NOUVELLES

Quatre ex-dignitaires sud-soudanais récemment libérés remis au Kenya

08/05/2014 09:28 EDT | Actualisé 08/07/2014 05:12 EDT

Quatre anciens dignitaires du régime sud-soudanais, proches de l'ancien vice-président Riek Machar qui a pris mi-décembre la tête d'une rébellion, ont été remis au Kenya après leur récente libération par les autorités de Juba, a annoncé la présidence kényane.

Le président sud-soudanais Salva Kiir avait ordonné fin avril, "pour promouvoir le dialogue et la réconciliation" au Soudan du Sud déchiré par une sanglante guerre civile depuis mi-décembre, la suspension des poursuites à leur encontre pour tentative de coup d'Etat, mais initialement ordonné qu'ils ne quittent pas le pays.

Le président kényan Uhuru Kenyatta a rencontré jeudi les quatre anciens détenus qui lui "ont été remis la semaine dernière", ont annoncé ses services dans un communiqué.

Le procès de ces quatre anciens dirigeants - l'ex-secrétaire général du SPLM (parti au pouvoir) Pagan Amum, l'ex-ministre de la Sécurité nationale Oyai Deng Ajak, l'ex-ambassadeur à Washington Ezekiel Lol Gatkuoh et l'ancien vice-ministre de la Défense Majak D'Agoot - s'était ouvert en mars à Juba.

Ils avaient été arrêtés mi-décembre, aux premières heures des combats au sein de l'armée sud-soudanaise entre troupes loyales au président Kiir et celles fidèles à M. Machar, sur fond de tensions croissantes entre eux à la tête du parti au pouvoir.

M. Kiir avait alors attribué les combats à une tentative de coup d'Etat de M. Machar, ce dernier accusant en retour le chef de l'Etat de chercher un prétexte pour se débarrasser de ses rivaux politiques.

Sept autres personnalités, arrêtées en même temps, avaient déjà été libérées et remises au Kenya fin janvier, en vertu d'un accord signé en marge du cessez-le-feu conclu le 23 janvier mais jamais respecté. Les poursuites contre elles ont également été suspendues.

La justice sud-soudanaise a en revanche maintenu la procédure contre M. Machar et deux de ses proches, tous en fuite depuis la mi-décembre et désormais à la tête d'une rébellion visant à renverser M. Kiir.

Une première rencontre directe entre MM. Kiir et Machar est prévue vendredi à Addis Abeba pour tenter de faire avancer des négociations de paix jusqu'ici au point mort et tenter de trouver une issue politique durable au conflit.

La libération des quatre dignitaires est un "premier pas" vers la réconciliation, mais "nous devons passer rapidement (...) à la phase suivante, celle d'un dialogue face-à-face entre le président Salva Kiir et Riek Machar", a estimé le président Kenyatta.

pjm-ayv/esd/mba

PLUS:hp