NOUVELLES

Fin attendue de l'évacuation des rebelles du Vieux Homs en Syrie

08/05/2014 06:12 EDT | Actualisé 08/07/2014 05:12 EDT

L'évacuation des rebelles syriens de la Vieille ville de Homs, assiégée depuis deux ans par le régime, doit s'achever jeudi au terme d'un accord inédit entre protagonistes qui marque une victoire symbolique pour le président Bachar al-Assad.

Ailleurs dans le pays en guerre, les rebelles ont fait exploser le célèbre hôtel Carlton à Alep (nord), faisant un nombre indéterminé de morts parmi les soldats qui occupaient cet établissement, selon la télévision officielle et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la troisième ville de Syrie, Homs, où l'insurrection armée avait été lancée en 2011, "80% des rebelles" ont quitté la Vieille ville, leur dernier important fief dans la cité reprise progressivement par le régime, a affirmé à l'AFP le gouverneur de la province de Homs, Talal al-Barazi.

Au moins "980 personnes, en grande majorité des rebelles et quelques civils, dont des femmes et des enfants sont sortis mercredi" à bord de 24 bus, a-t-il précisé, indiquant que les "20% restants -entre 300 et 400 personnes- seront évacuées jeudi".

Cependant en fin de matinée l'évacuation n'avait pas encore eu lieu. La télévision a montré des images d'immeubles détruits à l'entrée de la Vieille ville où flotte le drapeau syrien.

Au terme de cette opération dans la "capitale de la révolution", l'armée devra reprendre le contrôle du Vieux Homs et de ses environs, que les insurgés ont défendu bec et ongles malgré les bombardements et la disette.

Les convois transportant les évacués se sont rendus à Dar al-Kabira, une ville rebelle à une vingtaine de km plus au nord dans la province de Homs, où les insurgés ont encore une poignée de bastions.

- Tactique de guerre -

Avec l'évacuation totale de la Vieille ville, il ne restera plus de rebelles que dans le quartier de Waer (nord-ouest).

"A Waer les choses seront plus faciles et dans les prochaines semaines, on annoncera de nouveaux accords" similaires, a indiqué le gouverneur qui a pu inspecter pour la première fois depuis trois ans son bureau endommagé dans le Vieux Homs.

L'accord de Homs est le premier qui stipule un retrait des rebelles d'une zone qu'ils contrôlent, depuis le début en mars 2011 du conflit en Syrie déclenché par une contestation populaire rapidement réprimée.

L'importance stratégique de la prise de Homs tient au fait qu'elle relie Damas à l'ouest littoral et entre le nord et le sud du pays.

Homs est la ville où les rebelles ont subi leur plus long siège, une tactique de guerre utilisée par le régime pour les mettre à genoux, et accompagnée de raids aériens intenses. Cette tactique est dénoncée par l'ONU et des ONG.

Durant les deux ans de siège, près 2.200 personnes sont mortes dans la Vieille ville de Homs, selon l'OSDH. Dans le centre historique, totalement en ruines, rebelles et civils assiégés n'avaient quasiment plus rien à manger, se nourrissant souvent d'herbes et de quelques aliments séchés.

La nouvelle victoire du régime survient à un mois de la présidentielle du 3 juin qui devrait être remportée par M. Assad, briguant un 3e mandat.

- L'hôtel Carlton 'pulvérisé' -

La présidentielle a été dénoncée comme une "farce" par l'opposition et ses alliés occidentaux.

En visite à Washington pour des rencontres avec le secrétaire d'Etat John Kerry et le président Barack Obama, le chef de l'opposition syrienne Ahmad Jarba a estimé que le scrutin risque d'accorder à M. Assad un "permis de tuer pour de nombreuses années" et réclamé à nouveau des "armes efficaces" pour pouvoir gagner la guerre.

Le succès du régime à Homs et les précédentes avancées enregistrées par l'armée ne devraient pas influer de manière décisive sur le cours de la guerre, le régime devant combattre les rebelles sur de nombreux autres fronts.

Après des attentats meurtriers dans des secteurs sous contrôle du régime, des rebelles islamistes "ont pulvérisé jeudi l'hôtel historique Carlton à Alep", avec des explosifs placés dans un tunnel" sous l'établissement situé tout près de la citadelle, a indiqué l'OSDH.

Des combats entre rebelles et soldats avaient lieu aussi dans le Sud et dans la province de Damas, alors que des combats entre groupes jihadistes rivaux se poursuivaient dans l'Est du pays. La guerre en Syrie a fait plus de 150.000 morts et quelque neuf millions de réfugiés et de déplacés depuis mars 2011, selon l'ONG.

rim-sk-ram/tp/sw

PLUS:hp