NOUVELLES

Séoul appelle l'ONU à la vigilance sur le programme nucléaire nord-coréen

07/05/2014 11:57 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

Le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Yun Byung-se a appelé mercredi le Conseil de sécurité de l'ONU à menacer la Corée du Nord de "très graves conséquences" si elle s'obstine à poursuivre ses essais nucléaires.

"Nous devons avertir clairement la Corée du Nord que, si elle défie la communauté internationale en menant un autre essai nucléaire, cela provoquera de très graves conséquences", a déclaré le ministre.

La Corée du Nord a récemment multiplié les tirs d'essai de missiles en mer et semble sur le point de procéder à son quatrième essai atomique, comme le suggèrent de récentes images satellite de son principal site d'expérimentation nucléaire de Punggye-ri.

Pyongyang a déjà procédé à trois essais nucléaires, en octobre 2006, mai 2009 et février 2013 -- des tests interdits par l'ONU et qui ont chaque fois conduit à un alourdissement des sanctions internationales.

Le programme nucléaire nord-coréen "constitue aujourd'hui le maillon faible dans la non-prolifération et la sécurité nucléaires", a estimé M. Yun.

"Il faut prévenir un quatrième essai nucléaire nord-coréen par des efforts concertés de la communauté internationale", a-t-il affirmé. "Si nous ne parvenons pas à agir efficacement face à cette menace claire et actuelle envers la paix et la sécurité internationales, cela affaiblira très nettement la crédibilité du Conseil de sécurité et l'intégrité de la Charte de l'ONU", a-t-il ajouté.

Le ministre présidait un débat au Conseil de sécurité sur la non-prolifération, à l'occasion du dixième anniversaire de la résolution 1540. La Corée du Sud préside le comité de suivi de cette résolution et détient la présidence tournante du Conseil pour le mois de mai.

Le représentant nord-coréen à l'ONU Ri Tong-Li a accusé pour sa part les Etats-Unis d'être "le maître d'oeuvre de la prolifération des armes nucléaires", et notamment d'avoir aidé Israël à se doter de l'arme atomique. Il a justifié les essais nucléaires nord-coréens en les définissant comme "défensifs" et estimé "légitimes" les lancements de missiles par Pyongyang, dénonçant un "chantage nucléaire" américain.

L'ambassadeur nord-coréen a été rappelé à l'ordre pour avoir dépassé son temps de parole par la présidence sud-coréenne du Conseil, qui l'a interrompu avant la fin de son discours.

Les membres du Conseil de sécurité ont adopté unanimement mercredi une déclaration d'ordre général rappelant les objectifs de la résolution 1540 de 2004. Celle-ci demande notamment aux Etats de prendre des mesures nationales pour empêcher que des armes de destruction massive ou leurs vecteurs ne tombent entre les mains de terroristes. Sur les 193 pays membres de l'ONU, 172 ont déjà présenté des plans d'action nationaux.

La déclaration adoptée mercredi "réaffirme que la prolifération des armes nucléaires, chimiques et biologiques et de leurs vecteurs fait peser une menace sur la paix et la sécurité internationales". Elle réaffirme aussi "la nécessité d'empêcher que les acteurs non étatiques aient accès (à ces armes) ou bénéficient dans ce domaine d'une assistance ou d'un financement".

avz/are/sam

PLUS:hp